Plus de 850 passagers bloqués dans un Ouigo en panne pendant 6 heures

·2 min de lecture
A nous de vous faire préférer le train (illustrations Getty Images)
A nous de vous faire préférer le train (illustrations Getty Images)

Un Ouigo a été contraint d’être immobilisé pendant plus de six heures sur les voies, confinant 850 personnes à bord.

Un cluster sur rails ? C’est ce que craignent certains passagers de ce Ouigo, coincé de longues heures entre Montpellier et Nîmes ce mardi 27 octobre après-midi. Ainsi cette dame, jointe au téléphone par le Midi Libre : "On est dans des wagons confinés avec des masques chirurgicaux censés nous protéger durant quatre heures et là on est bloqué depuis six heures, c’est inadmissible. Surtout que les portes et les fenêtres sont restées fermées tout le long !”

Mauvais timing en pleine épidémie de Covid-19

À l’origine, une pièce métallique sur les rails aurait endommagé le frein de la seconde rame du train, l’obligeant à s’immobiliser. Un autre passager raconte : "Dix minutes après avoir quitté la gare de Montpellier, on a senti un gros choc. C’était vraiment impressionnant. Comme si le train s’était soulevé. Comme s’il avait sursauté.” Résultat, le Ouigo et ses deux rames à deux étages sont bloqués sur les voies. Et comme souvent dans ce cas, il faut du temps à la SNCF pour pouvoir mettre en place une solution de secours, au milieu de cadences de voyages élevées. Ce qui passe particulièrement mal dans le contexte sanitaire actuel.

Si, selon la SNCF citée par le Midi Libre, "cette panne technique n’a engendré aucune coupure du trafic ferroviaire puisque des détournements ont immédiatement été mis en place sur la ligne concernée", les tensions sont montées durant six heures. Et même après : "Le problème c’est que d’un train à double étage, on s’est retrouvé sur un train classique, obligeant de nombreuses personnes à rester debout tout le long", raconte un autre passager.

Prendre son mal en patience

Car finalement, le problème s’est résolu à partir de 19h30. D’abord en évacuant les 400 passagers de la seconde rame dans un nouveau train. Puis en permettant à la première rame de repartir peu après 20h.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :