Publicité

Montpellier : le chauffard roule pendant 1,5 km avec un policier accroché à sa portière

Course-poursuite surréaliste à Montpellier (illustration) (Photo : Loic VENANCE / AFP) (Photo by LOIC VENANCE/AFP via Getty Images)

Tracté par le véhicule sur près de 2 km, avec des pointes à 80 km/h, l’agent a tenu bon et s’en est finalement sorti avec de légères blessures.

Digne d’un film d’action, l’anecdote n’est pas sans rappeler la mésaventure vécue il y a quelques semaines par un policier indien. Elle aurait en tout cas pu beaucoup plus mal se terminer. Un agent de police de la ville de Montpellier a ainsi fait preuve d’un admirable courage dans la nuit de jeudi à vendredi, pour empêcher la fuite d’un véhicule occupé par quatre personnes, qui tentaient d’éviter un contrôle routier.

Un chauffard inconscient, un policier héroïque

Alors que le conducteur avait fait mine de s’arrêter avant de repartir en trombe, les policiers se sont approchés du véhicule pour tenter de l’immobiliser à l’aide d’une herse. Mais celle-ci ne calma pas les ardeurs des occupants de la voiture. Devant leur refus d’obtempérer, l’un des policiers brisa une des vitres de la Clio pour procéder à l’interpellation. Le moment choisi par le conducteur pour redémarrer de plus belle.

Surpris, l’officier de police s’est alors accroché de toutes ses forces pour éviter une chute qui aurait pu avoir de terribles conséquences. Nullement ménagé par le chauffard, qui n’a pas hésité à pousser sa machine jusqu’aux 80 km/h et a par ailleurs tenté de le prendre en sandwich avec une voiture arrivant en sens inverse, l’agent a cependant tenu bon jusqu’à ce que d’autres policiers arrivés en renfort fassent usage de leurs armes à feu pour arrêter la voiture folle.

“Ce n’est pas du cinéma, c’est la vraie vie et notre collègue a failli y laisser sa peau”

Blessé à l’épaule et à la jambe par les balles des policiers, le conducteur, âgé de 19 ans, a été placé en garde à vue, tout comme les trois autres occupants du véhicule. Du côté du policier héroïque, encore sous le choc, il n’y a heureusement pas de grave blessure à déplorer, même si trois jours d’ITT ont été prononcés. “Notre collègue est blessé légèrement, mais c'est un véritable miracle”, précise David Leyraud, du syndicat Alliance Police Nationale, cité par France Bleu.

“Si parfois les policiers sont renversés, confrontés à la violence, traînés sur quelques mètres, c'est quand même très rare d'être accroché à la portière pendant 1,5 km avec un chauffard qui fait des pointes à 80 km/h, constate, effaré, le syndicaliste. Il a percuté des voitures de police, il a zigzagué, mais c'est une scène d'une extrême violence digne d'un film d'action, sauf que ce n'est pas du cinéma, c'est la vraie vie et notre collègue a failli y laisser sa peau. J'imagine que le policier a dû se poser des questions et se demander s'il allait finir la nuit vivant. Heureusement qu'il était en très bonne condition physique.”