Publicité

Montauban: un surveillant mis en examen pour viol sur une collégienne de 13 ans

Entrée d'un commissariat de police. (Photo d'illustration) - Jacques Demarthon
Entrée d'un commissariat de police. (Photo d'illustration) - Jacques Demarthon

Ils ont 48 ans d'écart. Un surveillant d'un collège de Montauban a été mis en examen et placé en détention provisoire, suspecté d'avoir eu des relations sexuelles avec une élève de l'établissement âgée de seulement 13 ans, a appris BFMTV.com confirmant les informations de La Dépêche du Midi.

Les premiers faits dénoncés remontent au 18 octobre dernier. Ils se seraient poursuivis jusqu'au 7 mars dernier. La mère de famille a, selon le quotidien régional, découvert un emballage de test de grossesse et a poussé sa fille à se confier. La jeune fille, qui vient de fêter son quatorzième anniversaire, lui a alors raconté avoir eu des relations avec cet homme âgé de 62 ans.

Le surveillant suspendu par l'Éducation nationale

La famille de la jeune fille a porté plainte et a alerté la direction du collège Olympe de Gouges, qui a fait un signalement au parquet de Montauban. Le surveillant, présent dans l'établissement depuis 2019, a été placé en garde à vue. Une information judiciaire a été ouverte pour "viol sur mineur par un majeur avec une différence d’âge de plus de cinq ans".

"Dès que nous avons été alertés, nous avons suspendu immédiatement cet assistant d'éducation pour qu'il ne puisse plus être au contact des élèves", indique à BFMTV.com Pierre Roques, le Directeur Académique des Services de l'Éducation Nationale du Tarn-et-Garonne.

Depuis lundi, l'équipe pédagogique est sous le choc. Deux cellules d'écoute ont été mises en place par l'Education nationale. Les parents de la jeune adolescente y ont été accueillis ce mardi. Ces cellules resteront ouvertes autant que nécessaire.

"Aucun élément d'alerte"

"Nous n'avons eu aucun élément d'alerte" sur ce surveillant, poursuit Pierre Roques. Selon la mère de la collégienne, interrogée par La Dépêche du Midi, le sexagénaire lui avait proposé dès le mois de novembre de la conduire au collège alors "que ce n'était pas la même route" pour se rendre à leur domicile. "Il est revenu à la charge en décembre en venant chez nous", témoigne-t-elle.

"Il voulait juste assouvir ses fantasmes sexuels avec une gamine de 13 ans", s'indigne la mère de famille.

Depuis 2021, tout acte de pénétration sur un mineur de 13 ans est considéré comme un viol, et ne peut plus être qualifié comme une atteinte sexuelle ou une agression sexuelle, quelles que soient les circonstances.

Article original publié sur BFMTV.com