Publicité

Mondial U20: la sélection d'Irak dément des accusations d'agression sexuelle

L'équipe nationale d'Irak des moins de 20 ans, engagée dans le Mondial de football en Argentine, a démenti samedi des "accusations hasardeuses" portant sur une agression sexuelle présumée dans l'hôtel où se trouvaient ses joueurs.
Plusieurs médias argentins ont publié vendredi, un bulletin de la police de la Plata (60 km de Buenos Aires) rapportant le témoignage d'une employée du restaurant de l'hôtel, affirmant que des membres de la délégation irakienne "lui ont touché une partie intime du corps". D'après la même source, le responsable de la réception de l'hôtel, entendu par un policier argentin, a pour sa part, témoigné que des membres de l'équipe irakienne qui "déambulaient en sous-vêtements dans les couloirs de l'hôtel, ont activé délibérément le système d'alarme incendie".

Un agent de sécurité de l'établissement, toujours cité dans le rapport, a indiqué que des membres de la délégation ont "maltraité une interprète" locale, et ont "mis hors d'usage un ascenseur de l'hôtel, en l'utilisant en surcharge". Des accusations démenties tard samedi soir par l'encadrement de l'équipe, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux de la fédération irakienne de football.

"Si un acte aussi honteux avait réellement été mené, une vidéo aurait circulé dans le monde entier"

"Malheureusement, les accusations sont lancées de manière hasardeuse contre la sélection, concernant un cas de harcèlement sexuel", a réagi le directeur administratif de l'équipe irakienne des moins de 20 ans, Nadim Karim. "Cela fait deux ans que j'accompagne la délégation, nous avons participé à des entraînements (...) à Antalya ou en Espagne", a-t-il poursuivi, précisant que "malgré les libertés" qu'offrent ces lieux, "nous n'avons jamais fait face à de telles accusations".
"Si un acte aussi honteux avait réellement été mené", a-t-il souligné en allusion aux accusations d'agression sexuelle, "une vidéo aurait circulé dans le monde entier". "Nous sommes en 2023, partout dans les rues et dans les hôtels, il y a des caméras de surveillance", a-t-il ajouté. Le responsable a accusé "l'administration de l'hôtel" d'être à l'origine de ces accusations "en réaction à notre insistance à changer d'hôtel", l'établissement étant selon lui "privé des nécessités les plus élémentaires", n'ayant pas de salle de sports et étant situé loin des stades d'entraînement. Le Mondial des moins de 20 ans met aux prises 24 sélections jusqu'au 11 juin. Initialement prévu en Indonésie, il a été délocalisé en Argentine le mois dernier par la Fédération internationale de football (Fifa) qui a décidé de retirer l'organisation à l'Indonésie suite au refus de deux gouverneurs de provinces d'accueillir l'équipe d'Israël.

Article original publié sur RMC Sport