Mondial: Face aux critiques européennes, le Qatar passe à l'offensive

© Naseem Zeitoun/REUTERS

Face aux critiques de l'Europe occidentale à l'approche du Mondial-2022 qui débute dimanche, le Qatar a haussé le ton sur la scène médiatique et diplomatique, allant jusqu'à ouvrir la porte à des poursuites judiciaires. Le secrétaire général du Comité d'organisation, Hassan Al-Thawadi, a estimé mardi, sur la chaîne qatarie Al Jazeera, que ces critiques étaient "dues au fait que le Qatar est un pays arabe qui a été capable de jouer d'égal à égal et d'arracher l'organisation" du tournoi. Dans une interview au journal local Al Sharq, un dirigeant de la Fédération qatarie de football, Cheikh Ahmed ben Hamad Al-Thani, s'est lui réjoui de la "présence de l'ennemi (...) car elle vous pousse à faire votre travail le mieux possible."

Accusé par des ONG de manquements aux droits humains, le petit émirat du Golfe s'est longtemps contenté de répéter que "tout le monde sera(it) le bienvenu" et de reprocher à ses contempteurs de ne pas se rendre sur place pour en avoir le coeur net. Un discours de l'émir, prononcé à moins d'un mois de l'ouverture du tournoi, a marqué un tournant, bientôt suivi par la convocation de l'ambassadeur d'Allemagne à Doha.

"Au départ, nous avons traité ce sujet en toute bonne foi et nous avons même considéré que certaines critiques étaient positives et utiles", a affirmé Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani le 25 octobre devant le Parlement du Qatar. "Mais il nous a vite semblé clair que la campagne persiste, s'étend, qu'il y a des calomnies et du deux poids deux ...


Lire la suite sur ParisMatch