Moderna débute les essais cliniques de son vaccin ARN messager contre le VIH

·3 min de lecture
Ce jeudi 19 août, Moderna démarre ses essais cliniques pour tester un vaccin à ARN messager contre le VIH, le virus du sida.

Cette semaine, l'entreprise américaine Moderna débute sa première phase d'essai clinique pour tester un vaccin contre le VIH. Un vaccin qui utilise la même technologie ARNm que celle utilisée pour le développement de son vaccin contre le Covid-19.

Après avoir fait ses preuves avec la vaccination contre le Covid-19, l'ARN messager pourrait être utilisé pour développer un vaccin efficace contre le VIH. Cette technologie en développement depuis plusieurs décennies présentée comme une révolution pharmaceutique pourrait bien permettre de développer un vaccin efficace contre ce virus qui tue environ un million de personnes chaque année. Ce jeudi 19 août, l'entreprise de biotechnologies américaine Moderna, qui a développé l'un des vaccins les plus efficaces contre le Covid-19, va lancer un essai clinique humain pour son vaccin à ARN messager contre le VIH, le virus responsable du sida.

Moderna a développé deux candidats vaccins contre le VIH, l'ARNm-1644 et l'ARNm-1644v2-Core, qui ont tous les deux passé les premiers tests de sécurité pour pouvoir être utilisés pour la première fois sur des humains à l'occasion d'essais cliniques. L’objectif de ces essais est dans un premier temps d'évaluer la sécurité du vaccin, c'est-à-dire qu’il ne déclenche pas d’effets secondaires dangereux, et qu’il enclenche une réponse immunitaire efficace avec la production d’anticorps protecteurs durables.

Encore plusieurs années d'attente

Les essais seront réalisés pendant 2 ans sur 56 personnes séronégatives âgées de 18 à 50 ans, précise la fiche de l'essai publiée sur le site américain ClinicalTrials. Il faudra donc attendre 2023 pour avoir les premiers résultats concernant l'efficacité de ces vaccins et les essais pourront entrer en phase 2 et 3 si les résultats se révèlent positifs. Il faudra quoi qu'il en soit attendre encore plusieurs années avant d'espérer voir un vaccin contre le VIH disponible sur le marché. 

VIDÉO - Pakistan: les enfants pauvres payent au prix fort une nouvelle vague de VIH

Le développement d'un vaccin contre VIH est bien plus long que celui contre le Covid-19. Si des inconnues demeurent sur le SRAS-CoV-2, il s’agit d’un genre de virus (coronavirus) relativement compris par les scientifiques et les financements records ont permis de développer un vaccin rapidement. A contrario, le virus du VIH est difficile à cibler, ce qui rend difficile le développement d'un vaccin, comme l'explique le Dr Jean-Philippe Paillart à Numerama : "Le VIH est un virus très différent du SARS-CoV-2 en ce qu'il s'intègre, c'est-à-dire qu’il a pour particularité d'intégrer son matériel génétique dans le chromosome des cellules qu'il infecte. Cela le rend beaucoup plus difficile à cibler puisqu'il se transmet d'une cellule à une autre et qu'il peut rester en dormance [latence] dans la cellule infectée et se réactiver à tout moment."

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : le vaccin Moderna serait plus efficace que le Pfizer contre le variant Delta

De nombreuses tentatives de développement d'un vaccin contre le VIH sont en cours depuis des décennies, mais aucune n'a rencontré de succès. Si plusieurs vaccins candidats ont atteint le stade des essais, aucun ne s'est révélé sûr et presque aucun s'est montré ne serait-ce que modestement efficace.

Jusqu'ici, le candidat vaccin s'étant montré le plus efficace contre le VIH est un vaccin testé sur 16 000 volontaires en Thailande dans les années 2000. Il serait le seul à avoir réussi à réduire les risques d'infection du SIDA. Il permettrait de réduire de 32,1% le risque d'infection au VIH, mais les résultats de l'essai ont été considérés comme controversés par certains scientifiques.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles