Mode. Le Mexique accuse Zara d’appropriation culturelle

·1 min de lecture

La ministre de la Culture mexicaine a écrit à trois marques de prêt-à-porter, l’espagnole Zara, et les américaines Anthropologie et Patowl, pour leur demander de s’expliquer sur l’utilisation de broderies des peuples autochtones dans leurs collections.

La mode est encore une fois mise en accusation. Le Mexique dénonce l’appropriation culturelle de trois marques de prêt-à-porter internationales, Zara, Anthropologie et Patowl, qui ont utilisé des motifs de communautés indigènes sans aucune contrepartie, rapporte The Guardian.

La ministre de la Culture, Alejandra Frausto, a écrit aux marques pour leur demander une “explication publique sur les motifs de cette privatisation d’une propriété collective”, explique son administration dans un communiqué. Elle réclame un dédommagement pour les communautés indigènes de l’État d’Oaxaca, qui ont créé les motifs qui ont inspiré les marques.

Pour Zara, propriété du plus grand détaillant de vêtements au monde, Inditex, l’accusation concerne des broderies vertes d’une robe couleur menthe, “motif distinctif de la communauté mixtèque de San Juan Colorado”. Ces modèles “reflètent les symboles ancestraux liés à l’environnement, à l’histoire et à la vision du monde de la communauté” qu’on trouve dans le huipil, un vêtement traditionnel qui “fait partie de l’identité des femmes” et dont le tissage dure un mois, explique le Mexique.

Inditex a indiqué à Reuters que le design en question “n’avait en aucun cas été intentionnellement emprunté ou influencé par l’art du peuple mixtèque”.

Un short, un chemisier à fleurs…

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :