Modération. En Espagne, Google accusé de mal contrôler les avis sur les maisons closes

El País (Madrid)
·2 min de lecture

D’après le quotidien généraliste El País, le géant du web ne modère pas assez les commentaires plus que dénigrants laissés sur Maps par des clients d’établissements pour adultes en Espagne. Pour se justifier, l’entreprise se cache derrière l’immense volume de contenus à réguler.

“Le cheptel ne m’a pas plu, la plus jeune touche déjà sa retraite” : à l’image de cet ignoble commentaire à propos d’un établissement de Ciudad Real, au sud de Madrid, une quantité d’avis laissés par des clients des maisons closes espagnoles pullule sur Google Maps, dénonce une enquête d’El País. Le journal de centre gauche accuse Google d’un manque de contrôle sur ce type de commentaires.

En Espagne, Google autorise l’ajout de maisons closes à son service Google Maps, puisque la prostitution y est légale. Ces établissements se répartissent notamment sous les intitulés club de entretenimiento para adultos (“club de loisirs entre adultes”), bar de alterne (“bar de rencontres”) ou club nocturno (“club de nuit”). Grâce aux mots-clés ou à une adresse, les internautes n’ont aucun mal à retrouver un lieu pour y laisser un avis.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Mais il est clair que des centaines d’avis publiés ne respectent pas les règles [de Google], qui n’autorisent pas la ‘publication de contenus dangereux ou désobligeants’ qui, entre autres, ‘incitent à la haine, encouragent la discrimination ou dénigrent un individu ou un groupe sur la base de la race, de l’origine

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :