« Le modèle multiculturaliste s'est imposé comme seule grille de lecture »

Par Clément Pétreault
·1 min de lecture
La députée Valérie Petit défend la ligne du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. 
La députée Valérie Petit défend la ligne du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

Deux associations menacées de dissolution au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à un enseignant, voilà une réponse politique pour le moins inhabituelle. Si ces structures n'étaient pas liées aux faits, l'exécutif considère qu'elles assuraient la promotion d'un islamisme politique dont l'idéologie imprègne les terroristes qui sévissent en France depuis quelques mois (Romans-sur-Isère, locaux de Charlie Hebdo, Conflans-Sainte-Honorine). Ces associations défendaient un modèle particulariste de lutte contre les discriminations, à rebours de la conception universaliste de lutte en matière de droits historiquement portée par la gauche. Comment ce revirement militant s'est-il opéré et la gauche de la gauche a-t-elle compris la contradiction dans laquelle elle s'engageait en soutenant ces associations ? Pour Valérie Petit, députée du Nord et enseignante-chercheuse spécialiste des questions de pouvoir et de décision, les concepts universitaires autour de l'intersectionnalité négligent la dimension « performative » qu'ils possèdent, c'est-à-dire leur capacité à faire advenir les situations caricaturales qu'ils décrivent. Membre de la commission des Finances, la députée initialement élue sous l'étiquette LREM a rejoint le groupe Agir ensemble en janvier dernier. Elle soutient la démarche du ministre Jean-Michel Blanquer qui consiste à ouvrir un débat nécessaire sur le terreau intellectuel qui affaiblit le modèle républicain. Pour elle, il est important de déf [...] Lire la suite