Mobilisation du 5 octobre : pour Olivier Besancenot, "le vrai thème, c’est la vie chère"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Olivier Besancenot - BFMTV
Olivier Besancenot - BFMTV

"Il faut remettre les pendules à l’heure de l’horloge sociale", insiste Olivier Besancenot, le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), ce mardi, sur BFMTV. L'ex-candidat à la présidentielle appelle à la mobilisation contre les réformes des retraites et de l’assurance chômage.

Quelque 200 points de rassemblement sont prévus ce 5 octobre partout en France pour exiger des "réponses urgentes" aux questions sociales, notamment celles des salaires et des emplois, appelés par des syndicats dont la CGT, FO, Solidaires, FSU, ainsi que les organisations de jeunes Fidl, MNL, Unef et UNL, à un peu plus de six mois de la présidentielle.

"Le vrai thème, c’est la vie chère. Cela fait des mois que tout augmente sauf les salaires", insiste le porte-parole du NPA, en lien avec l’augmentation récente des prix du gaz et de l’électricité. Il recommande "d’indexer les salaires sur les prix". Et de dénoncer "les actionnaires qui s’enrichissent sur notre dos", à l’instar des entreprises " EDF, ENGIE, Total", qui auraient cumulé "9 milliards sans rien faire".

Réformes des retraites et assurance chômage

Le facteur de formation a aussi fustigé la réforme de l'assurance chômage qui est entrée intégralement en vigueur au 1er octobre.

"Plutôt que de faire la guerre aux chômeurs, il faudrait faire la guerre au chômage", pointe celui qui préconise de "partager le temps de travail".

"J’aimerais entendre le gouvernement sur les Pandora Papers", a indiqué Olivier Besancenot, référant aux révélations du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) sur l'évasion fiscale de dirigeants politiques du monde entier, milliardaires et célébrités. "La fraude sociale aux allocations ne représente rien comparé à ça", citant le chiffre de "80 milliards d’euros" d’évasion fiscale chaque année, contre "300 à 600 millions" pour la fraude sociale.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles