Publicité

La mission lunaire du Japon est sauvée après le réveil de sa sonde Slim

Photo de la sonde spatiale SLIM (Smart Lander for Investigating Moon) sur la Lune, prise par le mini-rover SORA-Q (ou LEV-2)
/ JAXA/ Takara Tomy / Sony Group Corporation / Doshisha University Photo de la sonde spatiale SLIM (Smart Lander for Investigating Moon) sur la Lune, prise par le mini-rover SORA-Q (ou LEV-2)

ESPACE - « La communication avec Slim a été établie avec succès hier soir et les opérations ont repris ! », s’enthousiasme l’agence spatiale japonaise (Jaxa) ce lundi 29 janvier. La sonde spatiale était confrontée à un problème technique depuis qu’elle avait réussi son alunissage, il y a dix jours. Mais ce ne sont pas les 384 400 km qui séparent la Terre de la Lune, qui ont empêché la Jaxa de trouvé une solution.

Le 19 janvier dernier, le Japon retenait son souffle tandis que sa sonde spatiale Slim (Smart Lander for Investigating Moon) tentait de se poser sur la Lune. Plus de quatre mois après le début de la mission, celle-ci arrive à son point culminant : la tentative d’alunissage. D’autant plus que le Japon s’est rajouté une difficulté. Le pays a pour objectif de poser l’engin à moins de 100 mètres de sa cible, d’où son surnom « Moon Sniper ».

Après une descente haletante de vingt minutes, la Jaxa annonce que Slim s’est posé sur la Lune. Le Japon devient le cinquième pays à réussir un alunissage après l’URSS, les États-Unis, la Chine et l’Inde avec sa mission Chandrayaan-3. Mieux encore, l’engin s’est posé à 55 mètres de sa cible, dépassant les espérances l’agence spatiale nippone.

Le soleil est revenu sur Slim

Mais la Jaxa est vite confrontée à un problème : Slim n’a pas pu utiliser ses panneaux solaires après son alunissage. Ce problème technique contraint la Jaxa à couper son alimentation électrique moins de trois heures plus tard, afin d’économiser ses batteries en vue d’un éventuel redémarrage.

Car si la sonde s’est bel et bien posée à la surface de la Lune, celle-ci est de travers, comme l’atteste la photo prise par son mini-rover SORA-Q, quelques jours plus tard. Cette position l’empêchait donc de recevoir la lumière nécessaire pour ses panneaux solaires.

Mais les équipes ne perdent pas espoir. Elles décident d’attendre que l’angle du Soleil change pour qu’ils soient dans la zone d’alunissage de Slim. Ceci permettra aux rayons solaires d’atteindre ses panneaux photovoltaïques et donc de lui donner l’énergie nécessaire pour que la sonde se remette en marche. Une stratégie qui a payé puisque la Jaxa a annoncé la reprise des opérations de l’appareil, ce lundi 29 janvier.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour la Nasa, l’explosion de cette station spatiale gonflable est aussi fascinante que prometteuse

L’alunisseur américain Peregrine disparu, probablement désintégré, après avoir raté la Lune