Mission Dart pour dévier un astéroïde : des petits télescopes pourraient visualiser l’impact !

NASA/Johns Hopkins APL/Steve Gribben

Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2022, peu après minuit, la sonde Dart de la Nasa devrait percuter un astéroïde afin de tester pour la première fois une technique de défense planétaire. L’événement sera scruté par une batterie de puissants télescopes. Mais selon de récents calculs, il pourrait être observé aussi par des astronomes amateurs et de plus modestes instruments.

Lancée en novembre 2021 depuis la base militaire de Vandenberg en Californie, la sonde américaine (Double Asteroid Redirection Test, qui signifie également “fléchette” en anglais) est désormais toute proche de sa cible : l’astéroïde Dimorphos, qui mesure 160 mètres de diamètre et orbite à quelque 11 millions de kilomètres de notre planète. Objectif de la mission : percuter de plein fouet cet astéroïde afin de tester notre capacité à dévier un objet céleste menaçant ! Une première dans l’histoire de l’humanité.

Un nanosatellite au plus proche de l’impact

Si tout se passe comme prévu, la collision devrait se produire dans la nuit du 26 au 27 septembre, à 00h14 min très précisément heure de Paris. Elle sera observée, depuis l’espace, par le nanosatellite LiciaCube (Light Italian CubeSat for Imaging of Asteroids) embarqué par la sonde Dart et largué peu avant le crash. Et depuis la Terre, par une batterie de puissants télescopes internationaux comme le Lowell Discovery aux États-Unis, l’observatoire de Las Campanas, au Chili, ou encore le Grand Télescope des îles Canaries, en Espagne.

Éjections de matière

Mais l’impact pourrait être visible aussi par de petits instruments, une équipe d’astronomes. En se fondant sur des paramètres bien déterminés, comme la masse (570 kg) ou la vitesse de la sonde (24 km/h), et d’autres plus incertains telle la densité de l’astéroïde (2200 kg/m3), ils ont calculé que les projections de matière dues à l’impact pourraient atteindre un maximum de 5.710 m3. Or si 5% de ces éjectas correspondent à de fines poussières, la magnitude apparente atteindra alors 6,5 (avec une incertitude 1,5). “Ce qui rendrait possible les observations de l’impact de Dart sur Dimorphos avec de petits télescopes terrestres”, concluent les chercheurs.

De nombreuses inconnues

“Si le nuage d’éjectas est aussi lumineux que prédit dans cet article, il sera presque visible à l'œil nu depuis un site sombre, et donc visible avec n'importe quelle taille de télescope, ind[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi