Missiles: Washington veut des sanctions plus fortes contre la Corée du Nord, l'ONU vote ce jeudi

Le Conseil de sécurité de l'ONU (Photo d'illustration) - TIMOTHY A. CLARY © 2019 AFP
Le Conseil de sécurité de l'ONU (Photo d'illustration) - TIMOTHY A. CLARY © 2019 AFP

Les États-Unis ont annoncé ce mercredi leur volonté de durcir les sanctions contre la Corée du Nord, après le tir par le régime de Kim Jong Un d'une volée de missiles, dont probablement son plus gros missile balistique intercontinental. Les lancements ont eu lieu quelques heures après le départ de la région du président américain Joe Biden, venu en Asie notamment pour réaffirmer son soutien à Séoul et Tokyo face à la menace nucléaire de Pyongyang.

En outre, "des essais d'un dispositif de détonation nucléaire en préparation d'un septième essai nucléaire" ont été détectés", a déclaré Kim Tae-hyo, premier directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale sud-coréen, ajoutant qu'un essai nucléaire pourrait être imminent.

Le Conseil de sécurité de l'ONU va donc être appelé à voter ce jeudi après-midi, à la demande de Washington, une résolution durcissant les sanctions internationales contre la Corée du Nord, malgré le risque, sauf possible nouvelle initiative de Pyongyang, d'un veto de la Chine et de la Russie.

"Nous pensons qu'il est désormais temps d'agir"

Face à une série d'essais de missiles balistiques nord-coréens depuis janvier, dont probablement son plus gros missile intercontinental tiré ce mercredi, Washington a élaboré un projet de résolution qui prévoit notamment une nouvelle réduction des importations de pétrole par Pyongyang.

876450610001_6306609865112

Selon un haut responsable américain, une résolution de 2017 du Conseil de sécurité, adoptée alors à l'unanimité, appelait à des sanctions supplémentaires pour la Corée du Nord en cas de tir de missile balistique intercontinental et Washington entend faire appliquer cette disposition.

"C'était l'une des conditions de cette résolution. C'est exactement ce qui s'est produit et c'est pourquoi nous pensons qu'il est désormais temps d'agir", a-t-il affirmé, alors que Washington a récemment mis en garde contre l'imminence d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen.

Le projet de texte américain prévoit de réduire de quatre à trois millions de barils (525.000 tonnes à 393.750 tonnes) la quantité de pétrole brut que la Corée du Nord serait autorisée à importer chaque année. Il interdirait également les exportations nord-coréennes de combustibles minéraux et d'horloges, et toute vente ou transfert à Pyongyang de tabac et de produits dérivés

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles