Publicité

Missak Manouchian au Panthéon : revivez les moments forts de la cérémonie présidée par Emmanuel Macron

POLITIQUE - Missak Manouchian est désormais au Panthéon. Le résistant communiste, sa femme Mélinée et ses 23 compagnons d’arme sont entrés ce mercredi 21 février dans le temple des Grands Hommes, au cours d’une cérémonie de près de deux heures.

Le président de la République est arrivé aux alentours de 18h20, sous un ciel pluvieux. Après avoir passé les troupes en revue, il s’est rendu dans l’enceinte du Panthéon où étaient réunis les invités. La cérémonie a commencé rue Soufflot avec la remontée du cercueil, devant des dizaines de personnes venues rendre hommage aux résistants communistes. Face au Panthéon, l’Affiche rouge, outil de propagande nazie qui a finalement contribué à faire entrer Missak Manouchian et son groupe dans l’Histoire grâce au poème de Louis Aragon mis en musique par Léo Ferré.

La lettre de Missak à Mélinée lue par Bruel

Sur le parvis venteux du Panthéon, le chanteur Patrick Bruel a lu la dernière lettre de Missak à Mélinée Manouchian, écrite quelques heures seulement avant qu’il ne soit fusillé sur le Mont Valérien par les soldats de l’occupation allemande. « Je m’étais engagé dans l’Armée de Libération en soldat volontaire et je meurs à deux doigts de la Victoire et du but. Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté et de la Paix de demain. Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement », écrivait le résistant.

Les 23 «morts pour la France » au Panthéon avec Manouchian

Seules les dépouilles de Missak et Mélinée Manouchian ont été inhumées dans le caveau 13. Mais pour rendre hommage à l’ensemble des FTP-MOI (Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’Œuvre Immigrée) dont Manouchian faisait partie, le réalisateur Serge Avedikian a énuméré les noms des 23 combattants, fusillés pour certains le 21 février 1944 : Celestino Alfonso, Golda Bancic, Joseph Boczor, Georges Cloarec, Rino Della-Negra, Thomas Elek, Joseph Epstein, Maurice Fingercwejg, Spartaco Fontanot, Jonas Geduldig, Emeric Glasz, Lebj Goldberg, Szlama Grzywacz, Stanislas Kubacki, Cesare Luccarini, Missak Manouchian, Arpen Manoukian, Marcel Rajman, Roger Rouxel, Antoine Salvadori, Salomon Schapira, Amedeo Usseglio, Wolf Wajsbrot, Robert Witchitz. Une plaque à leurs noms sera placée devant le caveau 13.

La remontée de la rue Soufflot

Les cercueils du couple ont marqué trois étapes le long de la rue Soufflot, à l’image des trois moments marquants de la vie de Missak Manouchian. Le génocide arménien auquel il a échappé, son arrivée en France en 1924 et son entrée dans la résistance. Cette dernière partie a été l’occasion de revenir sur l’entrée de Manouchian dans les FTP-MOI, les actions - violentes - du groupe puis leur arrestation et le procès du « groupe Manouchian ». C’est au cours de ce procès que sera éditée L’Affiche rouge, censée alimenter le discours xénophobe de la France de Vichy. Une fois sur la place du Panthéon, le choeur de l’armée française ont repris Le Chant des partisans, hymne de la Résistance.

L’Affiche rouge par Feu ! Chatterton

Le groupe Feu ! Chatterton a ensuite joué L’affiche rouge poème de Louis Aragon transformé en chanson par Léo Ferré. Ce titre est régulièrement repris en concert par le groupe de rock.

Missak et Mélinée Manouchian entrent au Panthéon

Il était peu après 19h30 quand, portés par des membres de la garde républicaine, les cercueils de Missak et Mélinée Manouchian sont entrés dans le Panthéon. Les portraits des 23 compagnons d’armes fusillés pour la plupart le 21 février 1944 les entourent durant le discours d’Emmanuel Macron. Leurs noms seront gravés dans le caveau où les Manouchian reposeront.

Macron accueille Manouchian et célèbre la liberté pour l’éternité

Emmanuel Macron a prononcé un discours d’une vingtaine de minutes pour retracer le parcours de Missak Manouchian et lui ouvrir grand les portes du Panthéon. «La France reconnaissante vous accueille », a notamment déclaré le chef de l’État en célébrant « l’amour et la liberté pour l’éternité ».

À voir également sur Le HuffPost :

Au Panthéon, Patrick Bruel rend hommage à Missak Manouchian en lisant sa lettre d’adieu à Mélinée

Missak Manouchian au Panthéon : pour Emmanuel Macron, est-ce compatible avec la loi immigration ?