La mise sous tutelle de la ville de Paris serait "un ultime recours", selon Beaune

Pixabay

Paris est endettée à hauteur de 7,7 milliards. Une problématique pour la mairie de Paris, Anne Hidalgo, alors que sous son prédécesseur, les comptes étaient à l'équilibre. Depuis de nombreux mois, l'opposition et les associations montent au créneau contre la gestion de la Ville de l'élue socialiste. Dernier épisode en date, l'augmentation de sept points dès l'année prochaine de la taxe foncière, rappelle Le Figaro, soit une augmentation pour les ménages de plus de 50 %. Après des séances houleuses en Conseil de Paris, Rachida Dati avait demandé à l'État qu'il reprenne la main sur la gestion de la capitale, sous-entendant une mise sous tutelle.

Possible ? Probable ? Le ministre des Transports, Clément Beaune, était interrogé sur le sujet ce dimanche dans le "Grand rendez-vous" sur Europe 1 et CNews. Selon lui, la "situation financière" est "grave" et ça n'est pas "comme le dit Anne Hidalgo, lié au Covid-19". Il ajoute : "Les chiffres sont éloquents, la dette depuis le début du mandat de madame Hidalgo en 2014 a doublé." Raison pour laquelle le scénario d'une mise sous tutelle "n'est pas exclu", a lâché le ministre des Transports, tout en concédant que la situation était "gravissime" et qu'il ne le souhaitait pas, car c'est "un ultime recours".

Se disant "attaché à la liberté, à l'autonomie des collectivités locales" ou encore "à la responsabilité en politique", Clément Beaune a tout de même noté que "la page Anne Hidalgo était déjà tournée" pour une majorité de Parisiens, citant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Déclaration de patrimoine : la ministre Caroline Cayeux démissionne
Coupe du monde : les frontaliers regardent la télé belge pour ne pas payer beIN Sports
Un Français sur trois qui ne parvient pas à payer ses factures, l'aide pour les ménages se chauffant au bois qui pourra être demandée à compter du 22 décembre… Le flash éco du jour
Prisons : nouveau record de détenus en novembre, à 72.809
Recours aux cabinets de conseil comme McKinsey : Bruno Le Maire reconnaît "des abus"