La mise aux enchères d’un manuscrit d’Einstein pourrait battre des records de prix

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un manuscrit du physicien théoricien Albert Einstein sera mis aux enchères ce mardi 23 novembre 2021 à Paris. Contenant des travaux sur la théorie de la relativité générale, son prix est estimé entre deux et trois millions d’euros.

Mardi 23 novembre aura lieu une mise aux enchères chez à Paris où la maison des ventes sera accueillie pour l’occasion. Y sera proposé un manuscrit d’, le physicien théoricien le plus connu du 20e siècle à l’origine de nombreux travaux en physique théorique, sa plus grande réalisation restant la . Rédigé à la main par Einstein et son collègue et ami Michele Besso, le manuscrit contient des travaux en lien avec cette théorie qui détaillent une partie du cheminement vers son élaboration. De tels ouvrages datant d’avant 1919, date où sa théorie a été , sont plus que rares, si bien que le prix de ce manuscrit est estimé à plusieurs millions d’euros.

Conservé et mis en valeur grâce à son collègue Michele Besso

Datant de l’année 1913, ce que l’on peut feuilleter sur le site de la maison Aguttes a été rédigé à la main alors qu’Albert Einstein travaillait conjointement avec Michele Besso sur ce qui allait devenir une véritable révolution du monde de la physique. Le document de 54 pages, écrit alors qu’ils étaient à Zurich, en Suisse, retrace une partie de leur réflexion sur l’orbite de Mercure, qui a été une des questions clés dans l’élaboration de la théorie de la relativité. En effet, le point de l’orbite de Mercure le plus proche du Soleil, appelé périhélie, se décale à chaque tour que la planète effectue autour du Soleil, à cause de l’influence gravitationnelle des autres planètes. Mais après avoir appliqué la physique de Newton pour expliquer cette précession du périhélie de Mercure - donc son décalage de l’orbite - il reste encore une avance du périhélie de 43 secondes d’arc par siècle, que la physique classique ne peut donc pas expliquer.

Einstein travaille alors sur ce problème qui date de 1859 et tente d’expliquer avec l’aide de Michele Besso ce décalage en s’appuyant sur la , théorie qu'il a établie en 1905, le but étant de créer une théorie plus générale qui s’appliquerait à tous les corps qui composent l’univers. Mais il juge ses travaux insatisfaisants, et s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles