Publicité

Minuit toujours aussi proche pour l'horloge de l'apocalypse

Face à l'accumulation de menaces pesant sur l'humanité, l'horloge de l'apocalypse, qui symbolise depuis 1947 l'imminence d'un cataclysme planétaire, a été maintenue mardi à 90 secondes du gong fatidique.

"Les tendances continuent de pointer de façon inquiétante vers une catastrophe mondiale", résume la présidente du Bulletin of the Atomic Scientists, Rachel Bronson. "La guerre en Ukraine pose un risque constant d'escalade nucléaire, et l'attaque du 7 octobre en Israël et la guerre à Gaza illustrent encore davantage les horreurs de la guerre moderne, même sans escalade nucléaire", a-t-elle développé.

Crise climatique, armes nucléaires et menaces liées à l'IA

Parmi d'autres risques majeurs relevés par cette association de scientifiques figurent la crise climatique et le fait que 2023 ait été désignée comme l'année historiquement la plus chaude, l'effilochage d'accords de réduction des armes nucléaires ou encore les menaces de désinformation posées par l'intelligence artificielle.

L'horloge de l'apocalypse était passée à l'heure de minuit moins 90 secondes il y a un an, le plus près qu'elle ait jamais été de minuit, l'heure fatidique à ne jamais atteindre.

"Attention à ne pas se tromper" sur ce maintien à la même heure de l'horloge de l'apocalypse, insiste Mme Bronson. "Ce n'est pas un signe que le monde est stable. C'est plutôt le contraire. Il est urgent que les gouvernements et les peuples autour du monde agissent".

Lire aussiQu’est-ce que l’Horloge de l’Apocalypse, qui "prédit" la fin du monde ?

L'horloge de l'apocalypse, créée en 1947

Parfois nommée horloge de la fin du monde, cet indicateur métaphorique avait été créé en 1947 face à la montée du péril nucléaire et la montée des tensions entre les deux blocs.

Depuis, les membres de cette organisation basée à Chicago ont élargi les critères pour inclure, par exemple, les pandémies, la crise climatique ou les campagnes étatiques de désinformation.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi