Publicité

La ministre des Affaires étrangères a "bon espoir" que des otages français du Hamas soient libérés

Sur BFMTV, Catherine Colonna appelle également à "une trêve durable qui permettre d'aboutir à un cessez-le-feu" dans la bande de Gaza, pilonnée depuis plusieurs semaines par l'armée israélienne.

Aucun Français ne figure pour le moment parmi les otages libérés par le Hamas. Invitée de BFMTV, la ministre des Affaires étrangères dit avoir "bon espoir" que certains d'entre eux soient libérés avant la fin de la trêve actuellement en vigueur entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

"Je sais que c'est une attente éprouvante. Nous travaillons sans relâche à la libération de nos otages, de tous les otages", ajoute Catherine Colonna.

"C'est le Hamas qui fait ses choix à l'intérieur des listes établies", a-t-elle expliqué. Ce dimanche 25 novembre, un troisième groupe d'otages a été rendu à Israël par le Hamas, en échange de la libération de prisonniers palestiniens détenus dans des prisons de l'État hébreu.

"Aboutir à un cessez-le-feu"

Comme Joe Biden quelques heures plus tôt, la ministre française des Affaires étrangères a estimé "qu'il faut une trêve durable qui permette d'aboutir à un cessez-le-feu" à Gaza, pilonné depuis plusieurs semaines par l'armée israélienne.

"Dans l'accord conclu entre le Hamas et le Qatar, il y a la possibilité de prolonger la trêve pour obtenir d'autres libérations (...) et la reprise d'un processus politique et l'arrivée de l'aide humanitaire", a rappelé Catherine Colonna.

Opérations "ciblées"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a cependant déclaré ce dimanche, après une visite à l'intérieur de la bande de Gaza, que l'offensive de son armée était loin d'être terminée.

"Rien ne nous arrêtera, et nous sommes convaincus que nous avons la force, la puissance, la volonté et la détermination nécessaires pour atteindre tous les objectifs de la guerre, et c'est ce que nous ferons", a-t-il déclaré.

Réagissant à ses propos, Catherine Colonna a dit voir une différence entre des opérations ciblées et des bombardements massifs. "Les autorités israéliennes légitimement veulent que le Hamas ne soit plus en mesure de recommencer les horribles attentats, abominables, vraiment barbares qui ont été commis le 7 octobre", a-t-elle déclaré.

"Il faut faire autrement, tout en atteignant cet objectif mais avec d'autres méthodes", a-t-elle dit.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je ne voyais pas devant moi et je n'arrivais pas à respirer" : un Gazaoui raconte comment un tir de roquette a détruit son quartier