Publicité

“Minable” : Jazz Correia (JLC Family) en prend pour son grade après un message maladroit

Jazz Correia avait décidé de s'éloigner quelques temps d'Instagram après avoir annoncé sa rupture avec Laurent, son mari, puis finalement s'être remise avec lui. À ce sujet, elle avait décidé de prendre la parole une fois le bad buzz passé pour expliquer sa décision. "Depuis 2 jours, je me fais insulter par des messages directs pour avoir posté des photos avec Laurent. On m'a traitée de bouffonne, de merde, de honte des femmes, de cocue à vie, d'actrice, de grosse p*te, de soumise, etc", regrettait la maman de quatre enfants.

À lire également

Kim Glow révèle avoir un gros souci "difficile à exprimer" par rapport à sa fille

"Minable ce commentaire"

Elle poursuivait : "Aujourd'hui, c'est différent. Vous allez peut-être rire ou dire que je suis idiote, ok ça marche, je ne pense pas, mais je ne peux pas en être sûre non plus. Ce qui est sûr, c'est que je suis une aventurière et une courageuse avec une force énorme. Je prends le risque de voir si on peut réparer ce couple qui s'aime à en crever, mais qui est rempli de peine des deux côtés". Ce bad buzz oublié, Jazz Correia a repris l'usage normal de son compte Instagram et s'exprime de nouveau sur son quotidien. Hier, mercredi 7 février, elle postait une photo d'elle dans son ascenseur prête à faire le ménage. Elle écrivait sous ce cliché : "Même si j'ai du personnel, je ne peux pas m'empêcher de passer derrière". Un message qui a été très mal pris par certains internautes qui ne se sont pas gênés pour le lui faire savoir. Une abonnée lui écrivait d'ailleurs : "Minable ce commentaire". Face à cette réaction, l'épouse de Laurent Correia a décidé de se justifier pour faire taire les mauvaises langues. "Ben non en fait, c'est juste génétique. Quand j'étais jeune et que j'aidais ma mère, elle ne pouvait pas s'empêcher de passer derrière moi, même si j'avais tout fait parfait et maintenant je fais pareil. C'est juste des toc de maniaque ça", assurait-elle.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi