Des millions de Français privés de télé: le site de diffusion endommagé par un incendie volontaire

Ambre Lepoivre avec AFP
·3 min de lecture

Un incendie volontaire a endommagé, dans la nuit de lundi à mardi, une plateforme de Télédiffusion de France près de Marseille, l'une des plus importantes du pays.

Les premiers éléments de l'enquête laissent à penser qu'il s'agit d'un incendie criminel. Dans la nuit de lundi à mardi, des flammes - allumées volontairement - ont dévoré l'une des plus importantes plateformes de télédiffusion (TDF) du pays, près de Marseille.

"Ce matin vers 02h30, une ou plusieurs personnes se sont introduites par effraction sur le site", où elles ont "provoqué un incendie qui s'est propagé sur l'ensemble du bâtiment", a précisé dans un communiqué le procureur d'Aix-en-Provence, Achille Kiriakides.

"Un technicien d'astreinte a été alerté par l'alarme du site et est arrivé moins d'une heure après sur le site", raconte Patrice Bargas, directeur régional sud-est de TDF. L'entreprise a indiqué mardi soir dans un communiqué avoir porté plainte. La gendarmerie nationale, saisie de l'enquête, a procédé aux premières investigations à l'aide notamment de techniciens en investigation criminelle.

Une action anti-5G ?

L'incendie du site installé au sommet du massif de l'Etoile s'est déclaré dans la salle d'émission et s'est propagé à des câbles, selon les pompiers. Il s'est ensuite étendu aux antennes-relais de téléphonie mobile. Des clients des opérateurs Bouygues Télécom, Orange, Free et SFR ont connu des pannes de 3G et 4G.

"Il n'y a pas de 5G sur place pour l'instant, mais à terme le site sera amené à l'accueillir. C'est un de nos sites les plus importants, un centre névralgique, avec une zone de couverture importante du fait de sa position en hauteur", explique Patrice Bargas, estimant que le coût des réparations sera "très important".

Plusieurs antennes-relais destinées à la 5G ont été incendiées

"Actuellement, nous avons toute une série d'actes malveillants sur des relais, plus précisément ciblés sur la 5G (...) C'est un thème fédérateur d'un certain nombre de mouvements extrémistes", souligne auprès de BFMTV le général Ronan Le Floch de la gendarmerie des Bouches-du-Rhône.

"Nous avons déjà été confrontés à des actes de malveillance cette année", déplore Patrice Bargas, "avec des revendications assez disparates, certains contre la 5G, d'autres qui veulent s'en prendre aux médias, et obtiennent ainsi une certaine visibilité". Pour l'heure, il n'est cependant pas possible d'établir un lien entre ces opérations et l'incendie déclenché sur le site TDF.

3,5 millions d'habitants potentiellement touchés

Outre des répercussions sur la téléphonie, cet acte criminel a privé de nombreux foyers de télévision. En effet, l'émetteur de télévision et radio visé couvre à lui seul un bassin de population de 2,6 millions d'habitants et alimente d'autres émetteurs de la région, étendant à "3,5 millions" le nombre d'habitants potentiellement touchés, selon TDF.

Après l'incendie, la diffusion de 25 chaînes de la TNT (sur 30) et de 19 stations de radios FM a été interrompue sur un grand quart sud-est du territoire pour les usagers regardant le petit écran sans passer par une box internet, précise TDF. Les chaînes TF1, LCP Public-Sénat, TFX, NRJ 12 et TMC ont été épargnées.

Au-delà de l'agglomération marseillaise, les départements des Bouches-du-Rhône, des Alpes-de-Haute-Provence, du Vaucluse, du Gard, de l'Hérault ont eux aussi été partiellement touchés ainsi qu'une petite partie du Var, toujours selon TDF.

"Dans le contexte sanitaire actuel, plus que jamais, ces services sont indispensables pour la population, notamment pour les personnes isolées", a déploré TDF.

Ses experts travaillent ainsi "depuis mardi, dès l'aube, à la mise en place de solutions provisoires et réalisent également une analyse complète des infrastructures du site et des travaux à effectuer", a ajouté l'entreprise dans un communiqué. Certains foyers ont commencé, mardi après-midi, à être de nouveau alimentés par TDF, "mais la technicité des produits fait que rétablir la radio est un peu plus facile que la télévision".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :