Publicité

Miel, lait de vache ou aliments allergènes : certaines recommandations alimentaires pour les tout-petits ont de quoi étonner

En septembre 2021, Santé publique France a publié de nouvelles recommandations alimentaires pour les enfants de 4 mois à 3 ans. Avant de les diffuser, les responsables de ce programme de prévention ont présenté leur projet à un panel de parents. Les résultats de ce dialogue participatif entre professionnels et grand public viennent d’être mis en ligne. Avec quelques surprises à la clé...

Prodiguer aux parents de jeunes enfants des informations nutritionnelles qui puissent être réellement appliquées et comprises : telle était une des missions du groupe de travail sur l’alimentation de Santé publique France. L’enjeu est important : en France 18,7 % des filles et 14,4 % des garçons entre 7 et 9 ans étaient en situation de surpoids en 2016. Pour ce faire, une enquête qualitative a été réalisée afin de confronter le savoir des experts aux habitudes alimentaires des parents. Huit groupes de 4 à 5 parents ont été interrogés pendant trois heures, puis 15 entretiens individuels ont été effectués.

"Faut-il donner des aliments allergènes aux enfants dès le début de la diversification alimentaire ?"

Premier constat : les messages concernant la nécessité de diminuer l’apport de l’alimentation en matières grasses, en sucre et en sel est un message qui est bien passé auprès du grand public. Les parents ont donc été surpris de constater que, dans les nouvelles recommandations, l’ajout de matières grasses dans les préparations maison ou dans les petits pots, qui n’en contiennent pas déjà, était conseillé.

Deuxième constat : les parents ont été étonnés qu’il soit fortement déconseillé de donner à leur bébé du miel et des produits laitiers à base de lait cru. Beaucoup ignoraient les risques microbiologiques liés à ces aliments.

À la question : "Faut-il donner des aliments allergènes aux enfants dès le début de la diversification alimentaire ?", les parents ont, pour la plupart, répondu par la négative. Ils craignaient, notamment pour les fruits à coque, des réactions allergiques. Or les scientifiques constatent qu’il est préférable d’exposer, entre 4 et 6 mois, les enfants à des produits allergènes, ce qui améliore leur tolérance à ces aliments.

Les légumes secs et les produits céréaliers complets sont aussi des aliments peu plébiscités par les parents : leur consommation engendrerait, selon eux, des problèmes digestifs. Pourtant leur présence dans les assiettes des [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Fruits et légumes: les Français ne sont toujours pas au niveau requis de consommationLes fruits, ces délicieux alliés de notre santéYaourts et produits laitiers : une association demande des recettes moins sucréesLes boissons sucrées, y compris les jus de fruits, sont liées à un risque accru de cancerAlimentation : bien dans sa tête, bien dans son assiette !