Publicité

Michel Sardou est-il vraiment un chanteur "réac" ? Il rétablit la vérité (VIDEO)

Capture d\'écran France 3
Capture d\'écran France 3

Crédits photo : Capture d'écran France 3Hasard ou coïncidence ? Ce vendredi, alors qu'il donnait l'ultime concert de sa tournée d'adieu à Brest, Michel Sardou était à l'honneur d'un documentaire sur France 3. Plus de 2,2 millions de téléspectateurs ont regardé "Sardou, autoportrait", narré par Augustin Trapenard et dans lequel le chanteur de 77 ans se confie sur sa carrière, ses succès, ses parents Fernand et Jackie, le tout dans une nouvelle interview accordée au présentateur de "La grande librairie". Pour l'interprète des "Lacs du Connemara", « être populaire, malgré ce qu'en pensent les snobinards, c'est un don du ciel » : « Peu d'hommes peuvent s'en vanter. Quel bonheur trouve-t-on à ne chanter que pour une chapelle, un clan ? Autant se faire curé. Une foule devant soi, qui vous accueille, c'est extraordinaire. C'est même encore mieux que l'amour ».

"C'est là où j'ai été con"


Le film est également revenu sur les nombreuses polémiques suscitées par les classiques de Michel Sardou. A commencer par "Les Ricains", son premier succès sorti en 1967 et quasi immédiatement censuré par le président de l'époque, Charles De Gaulle. « Le fait que j'ai été interdit et censuré, le public s'est dit que je devais dire des trucs terribles. Ça doit être un truc formidable, pour que De Gaulle interdise un disque... » relate-t-il aujourd'hui : « Or ce que je disais c'est que si les Ricains n'étaient pas là, en 1944 on n'était pas très bien. Mais ça m'a fait une réputation ». Autres paroles à problèmes, celles du titre "Le Temps des colonies...

Cliquez ici pour voir la suite


A lire aussi :

Michel Sardou : pas de retraite finalement ?
Michel Sardou : son dernier concert au cinéma !
Michel Sardou fait ses adieux à Paris