Michel Sardou : "Je ne suis pas l’homme de mes chansons"

·2 min de lecture

En 2018, Michel Sardou a dit adieu à la chanson, mais ses refrains entraînent encore le public. Alors qu’un triple album live, « Le concert de sa vie», ravive ses grands moments de communion avec les fans, lui s’impatiente, à 74 ans, de reprendre le chemin de la scène au théâtre, son autre passion. À l’occasion de la sortie de ses Mémoires, «Je ne suis pas mort… je dors !», il se confie à Paris Match. 

Paris Match. Vous publiez en même temps un triple album de vos meilleurs moments sur scène et une (courte) autobiographie écrite au fil de la mémoire. Vous aviez envie de faire un bilan? De soigner – enfin – votre image?
Michel Sardou. Mon image, je m’en fous. J’ai toujours détesté cette manie de coller des étiquettes, mais j’ai renoncé depuis longtemps à convaincre de ce que je suis ou de ce que je ne suis pas. On m’a traité de raciste, de misogyne, de facho… C’est ridicule, mais j’ai passé l’âge de me justifier. La vraie raison du livre, c’est le confinement: je ne pouvais pas jouer au théâtre, je tournais en rond, alors j’ai écrit.

Lire aussi:Michel Sardou et Johnny Hallyday au temps de l'amitié

Ça a été difficile?
Très. C’est éprouvant d’écrire sur soi, on a l’impression de se mettre à nu. Et moi, je ne suis pas de ces types qui adorent se regarder – je n’ai jamais trop aimé ma gueule. Mais j’ai pris un certain plaisir à ranimer ces souvenirs, comme ils venaient. Sans me donner le beau rôle, ni régler des comptes. Je n’ai pas non plus parlé de mes aventures amoureuses. Avec le temps, ça ferait du dégât dans quelques familles; vous voyez la scène: “Dis donc, Mamie, il paraît qu’avec Sardou…” [Rires.] On ne peut jamais tout raconter.

Lire aussi:Romain Sardou : "Comme mon père, j’ai choisi que mon travail et ma vie se confondent"

Vous refusez les étiquettes, mais “chanteur de droite”, vous êtes d’accord?
Oui et non. Comme individu, je suis plutôt à droite – gaulliste, même si ça ne veut plus dire grand-chose. Mais il m’arrive d’être d’accord avec la gauche, et quand j’ai chanté “Ne m’appelez plus jamais France”, la CGT m’a acclamé. Quand on écrit une chanson, on ne pense pas à l’avenir du monde ni aux élections(...)


Lire la suite sur Paris Match