Publicité

Michel Jazy est mort, la légende de l’athlétisme français avait remporté l’argent aux JO de Rome en 1960

(FILES) France's Michel Jazy, cheered on by the crowd, crosses the finish line at a meeting in Melun on June 24, 1965, where he set two new world records, the 2-mile record in 8'22"6/10 and the 3000m record in 7'49". Former French athlete Michel Jazy died at 87 years-old announced the French Athletics Federation on February 1, 2024. (Photo by STAFF / AFP)

ATHLETISME - Dans les années 60, il était à l’athlétisme ce que Jacques Anquetil était au cyclisme : un champion à la popularité aussi grande que le palmarès. Michel Jazy est mort ce jeudi 1er février à l’âge de 87 ans.

Spécialiste du demi-fond, il avait été deux fois champion d’Europe et vice-champion olympique du 1500 mètres aux JO de Rome en 1960. À une époque où les championnats du monde n’existaient pas, ses neuf records du monde ont participé à bâtir sa légende au même titre que sa victoire en 1965 dans le « 5 000 mètres du siècle » une course avec les meilleurs athlètes de la planète.

« Je suis atterré. Pour le monde de l’athlétisme et pour la Fédération française d’athlétisme (FFA), c’est une perte énorme pour tout ce qu’il représentait, notamment en cette année des Jeux olympiques à Paris », a réagi auprès de l’AFP le président de la FFA, André Giraud.

Ouvrier à l’Équipe le jour, coureur de fond le soir

Né dans le Pas-de-Calais en 1936 dans une famille de mineurs polonais, Michel Jazy avait obtenu la nationalité française à ses 18 ans, lui permettant de disputer ses premiers Jeux olympiques en 1956 à Melbourne. Les quatre années suivantes, il conciliait son entraînement avec un travail d’ouvrier typographiste. « Avec le syndicat du livre, moi le gaulliste, j’ai dû prendre ma carte à la CGT », avait souri l’intéressé dans le livre Le temps des légendes d’Olivier Margot publié aux éditions JC Lattès.

Deuxième à Rome, il échoua de très peu à glaner une autre médaille olympique en 1964 à Tokyo. L’organisation des Jeux de 1968 à Mexico le décida ensuite à mettre un terme à carrière car il considérait que l’altitude du Mexique n’allait pas à ses qualités. Mais pour sa dernière course, le 12 octobre 1966, c’est un record du monde qu’il s’offrit comme ultime exploit.

À voir également sur Le HuffPost :

JO de Paris 2024 : Dimitri Pavadé, athlète paralympique et ambassadeur de la flamme à la carrière-éclair

À six mois des JO de Paris, découverte du siège du Cojo, une fourmilière qui grossit chaque semaine