Publicité

Meurtre de Rose: le suspect décrit comme "livré à lui-même depuis tout petit" par un proche de la famille

Il a fait usage de son droit au silence pendant sa garde à vue, n'a donné aucune explication à son geste. L'adolescent de 15 ans suspecté d'avoir tué une petite fille de 5 ans à Rambervillers (Vosges) est décrit comme présentant "des troubles depuis l'enfance" par un proche de sa famille interrogé par BFMTV.

"Il se prenait des baffes dans la tête"

Cette personne qui souhaite garder l'anonymat, décrit un climat familial violent pour cet adolescent "livré à lui-même". "Il a eu une enfance difficile, son père frappait ses enfants d’un précédent mariage, détaille ce proche. Ils n’ont pas eu la vie facile et aujourd'hui ils ne lui parlent plus." Le jeune garçon a lui-aussi été victime de ces coups.

"Tout petit à la moindre crise, à la moindre colère, il se prenait des baffes dans la tête par son père, si on peut dire son 'père', enfin l’homme qui l’a reconnu", poursuit le proche de cette famille.

"Des troubles depuis l'enfance"

Selon ce témoin, la mère de l'adolescent ne s'est pas non plus occupée de lui. "La maman, qui souffre aussi une déficience intellectuelle, n’a pas aidé non plus, indique ce proche. Il a des troubles depuis l’enfance, ils ne l’ont jamais soutenu, ils ne l’ont jamais emmené chercher de l’aide."

"Ils n’ont jamais rien fait pour lui, ils l’ont laissé dans ses difficultés et ça s’est empiré en grandissant."

Un autre proche rencontré par BFMTV assure qu'il était suivi par un psychologue pour ses troubles. "Il parle à son vélo, quand il sort tout seul, il fait des conneries", dit-il.

Habitué à traîner "tout seul dans la rue depuis tout petit", c'est dans un square qu'il a rencontré Rose, où la petite fille jouait. Alors que les gendarmes sont informés de la disparition de la fillette de 5 ans, l'adolescent va les contacter pour leur dire qu'il est avec elle. Arrivés au domicile du jeune homme, ils découvrent le corps de l'enfant dans un sac. Il a depuis été placé en garde à vue et doit être présenté à un juge d'instruction ce jeudi.

L'adolescent est déjà connu des services de police puisqu'il est mis en examen pour des faits de viol, d'agression sexuelle et de séquestration commis sur des enfants de 10 et 11 ans en février 2022. Il avait été placé sous contrôle judiciaire, en raison de son âge, en centre éducatif fermé en dehors des Vosges. Ce placement a été levé en février 2023, et était revenu vivre dans sa famille.

Une expertise psychiatrique ordonnée dans le cadre de cette procédure a conclu à l’absence de troubles mentaux mais a montré que l'adolescent souffrait d'une déficience mentale légère, un fonctionnement auto-centré, et une immaturité psycho-affective. Vu par des experts lors de sa garde à vue, ces derniers ont noté chez le suspect "une dangerosité pour les autres".

Article original publié sur BFMTV.com