Publicité

Mercato: "Meilleur latéral gauche du championnat suisse", qui est Ulisses Garcia, la recrue surprise de l’OM

Si les premiers matchs de 2024 n’ont pas été de nature à faire lever les foules, avec deux rencontres poussives face à Thionville (victoire 1-0, 32e de finale de Coupe de France) et Strasbourg (1-1, 18e journée de Ligue 1), les supporteurs marseillais peuvent toujours compter sur le mercato pour vivre quelques retournements de situation. Alors que la piste menant à l’Ecossais Josh Doig (Hellas Vérone) se faisait de plus en plus insistante ces derniers jours, les dirigeants olympiens ont pris tout le monde à contre-pied lundi soir.

>> Toutes les infos et rumeurs mercato EN DIRECT

Dans le chantier que représente le couloir gauche de la défense, où Renan Lodi, seul spécialiste du poste en première partie de saison, est sur le départ vers Al-Hilal (Arabie saoudite), un nom a surgi de nulle part: Ulisses Garcia. Tout est allé très vite en ce début de semaine, au point que le dossier de l’international suisse (7 sélections, 28 ans), sous contrat jusqu’en 2026 avec les Young Boys de Berne, soit sur le point d’aboutir dans un transfert estimé à trois millions d’euros (plus bonus).

La direction phocéenne a travaillé secrètement sur le dossier Ulisses Garcia car elle sentait venir des négociations difficiles avec l’Hellas Vérone pour Josh Doig. Et si l’Ecossais de 21 ans était plutôt un pari sur l’avenir, Garcia, quant à lui, dispose de quelques certitudes pour le présent.

Une solide expérience en Ligue des champions et Ligue Europa

Né au Portugal de parents cap-verdiens, le latéral gauche, cousin de Gelson Fernandes (Manchester City, Saint-Etienne, Rennes, Francfort) a fait toute sa formation en Suisse. Après des premiers pas au FC Onex et au Servette Genève, il fait ses grands débuts professionnels sous les couleurs du Grasshopper Zurich en 2014. À l’été 2015, à 19 ans, il rejoint le Werder Brême contre un chèque de 600.000 euros. Après seulement une vingtaine de matchs de Bundesliga en trois saisons et un prêt infructueux à Nuremberg, l’aventure allemande, son unique expérience en dehors de la Suisse avant de potentiellement découvrir la Ligue 1 sous le maillot de l’OM, s’arrête en 2018, année de son retour au bercail.

Avant le début de la saison 2018-2019, les Young Boys de Berne investissent un peu moins d’un million d’euros sur lui. Il lance définitivement sa carrière avec le club suisse, en découvrant notamment la Ligue des champions dès sa première saison. Sa solide expérience européenne est d’ailleurs un gros plus pour l’OM, toujours engagé en Ligue Europa (barrages les 15 et 22 février face au Shakhtar Donestk). En un peu plus de cinq saisons aux Young Boys, Ulisses Garcia a disputé au total 25 rencontres de Coupes d’Europe, hors matchs de qualification (13 en Ligue des champions, 12 matchs en Ligue Europa). Cet automne, il était d’ailleurs titulaire lors des six matchs de poule disputés par son club en C1, avec une troisième place du groupe G à la clef derrière Manchester City et Leipzig.

Dans l'ombre de Ricardo Rodriguez en sélection

Décrit comme un joueur calme, serein et propre techniquement, il a un temps été annoncé sur les tablettes du RC Lens lors du dernier mercato estival. La conséquence de ses performances remarquées en Super League, le championnat suisse, où il s’est imposé au fil des saisons comme une référence à son poste. En octobre dernier, les médias locaux comme Le Matin ou la Tribune de Genève n’hésitaient d’ailleurs pas à le qualifier de "meilleur latéral gauche du championnat". Avec une question subsidiaire: qu’attend-il pour s’imposer en sélection suisse? Appelé pour la première fois en septembre 2021, il peine à s’imposer sur la durée comme la doublure de Ricardo Rodriguez (Torino, ex-Wolfsburg, AC Milan). Appelé lors des deux derniers rassemblements de la Nati en octobre et novembre (avec trois sélections à la clef), il a fait son grand retour en sélection après plus d’un an et demi d’absence (mars 2022-septembre 2023).

"C’était difficile de ne pas être appelé, mais je prends ça comme une motivation pour travailler plus dur, confiait le principal intéressé au moment de retrouver la sélection en octobre. J’essaie de tout donner, et en ce moment, cela marche bien pour moi." De nouvelles solides performances avec la tunique olympienne sur le dos ne pourraient que l’aider à retrouver cette saveur des matchs internationaux.

Article original publié sur RMC Sport