Publicité

Mercato: fort caractère, "profil rare"... que vaut Gift Orban, le nouvel attaquant de l'OL ?

Les dirigeants lyonnais ne chôment pas durant ce mercato hivernal. Après avoir attiré le duo brésilien Lucas Perri-Adryelson, et l’ailier belge Malick Fofana, l’OL a annoncé ce jeudi la signature de l’attaquant nigérian Gift Orban (21 ans). Montant de l’opération: 12 millions d’euros (+ un maximum de 8 M€ de bonus ainsi qu’un intéressement de 20 % sur la plus-value d’un éventuel transfert).

Pierre Sage pourra tout de suite compter sur lui puisqu’il n’a pas été retenu pour la Coupe d’Afrique des nations, la faute à une solide concurrence à son poste chez les Super Eagles. Annoncé l’été dernier dans le viseur de Lens, Lille et de plusieurs écuries anglaises, il sera chargé de dynamiser la 15e plus mauvaise attaque du championnat (17 buts inscrits lors des 18 premières journées, seuls Metz, Toulouse et Clermont font pire).

"C’est un renfort que nous attendions dans un secteur de jeu très énergivore et dans lequel on doit être capable d’avoir plusieurs solutions", soulignait en début de semaine Pierre Sage, ravi de voir débarquer ce droitier explosif et à l'aise des deux pieds, auteur de 32 buts en 52 matchs disputés sous les couleurs de La Gantoise. Avant de briller en Belgique, Orban a d’abord fait parler de lui en Norvège, à Stabæk Fotball, club basé à Bærum, dans la banlieue d'Oslo. Repéré lors d’un tournoi de détection au Nigeria en 2021, il a connu une adaptation éclair dans le froid scandinave, en terminant meilleur buteur de la D2 norvégienne avec 16 réalisations pour sa première saison en Europe. De quoi convaincre La Gantoise de poser un chèque de 3,25 millions d’euros pour s’attacher ses services en janvier 2023.

Des stats dingues, puis une baisse de régime

Là encore, ses débuts sont plus que réussis. Avec un doublé à Westerlo pour son premier match, un quadruplé à Zulte-Waregem un mois plus tard, et même un triplé contre Basaksehir en Ligue Europa Conférence. Pourtant rien d’incroyable à écouter le principal intéressé, jamais rassasié: "Je suis un attaquant, mon devoir, c'est de marquer depuis toutes les positions, c'être décisif. On m'a pris pour ça, et je peux le faire à tout moment."

Entre février et juin 2022, sa ligne de stats affiche 20 buts en 22 apparitions toutes compétitions confondues, rien que ça. Forcément, sa valeur explose et beaucoup s’attendent à voir La Gantoise le céder l’été dernier en réalisant au passage la plus grosse vente d’un club belge, devant les 32 millions d’euros récupérés par le Club Bruges en 2022 avec le transfert de Charles De Ketelaere à l'AC Milan.

Mais Orban ne part pas. A la surprise générale, La Gantoise le retient et le regrette peut-être aujourd’hui. "On parlait de sommes à 30-40 millions d’euros pour ce joueur il y a encore quelques mois", a expliqué dans l’After Foot, Guillaume Gautier, journaliste belge pour le site Le Vif. Car Orban n’est plus tout à fait le même qu’à ses débuts en Belgique. S’il totalise 12 pions en 30 matchs sur la première partie de saison, il n’a plus fait trembler les filets depuis le 30 novembre, et a même été envoyé sur le banc. "Sur ses six premiers mois, Orban était vraiment sur un extraterrestre. Il était en feu. C’est un joueur très puissant sur ses appuis, qui peut rendre fou son adversaire. On pensait qu’il allait être vendu cet été, et lui s’est sans doute vu partir. Mais ça ne s’est pas fait et il s’est peu à peu retrouvé troisième attaquant dans la hiérarchie de La Gantoise, dans une équipe qui joue à deux pointes (avec le Belge Hugo Cuypers et le Marocain Tarik Tissoudali). Il a perdu en confiance", estime Guillaume Gautier, qui présente Orban comme "un 9 habitué à jouer dans un système à deux attaquants".

Un fort caractère

"C’est un joueur qui sait amener de la folie, il peut éliminer un adversaire par sa vitesse et sa puissance. Quand il se retrouve en situation de frappe, il est incroyablement dangereux. Il a également une panoplie physique assez complète, il sait aussi bien garder un ballon que prendre la profondeur. Son profil est rare. Mais il donne parfois l’impression d’être un peu sur sa planète, en étant déconnecté du jeu de l’équipe, avant d’apparaître d’un seul coup et de réussir quelque chose de dingue", développe Guillaume Gautier. "C’est un coup très intéressant pour l’OL, renchérit le journaliste belge Sacha Tavolieri. Il a montré des qualités indéniables de finisseur et quand il est en forme il est impossible à contenir en face-à-face. La qualité du joueur est indiscutable. Mais est-ce qu’il n’était pas en surrégime la saison dernière? J’ai encore des petits doutes sur son développement."

Quid de la personnalité du joueur? "C’est un personnage très solaire dans un vestiaire, il parle et rigole avec tout le monde, appuie Guillaume Gautier. Mais c’est un attaquant et c’est arrivé qu’il soit un peu plus démonstratif que d’autres quand il a été remplacé. Il a du caractère et je pense que Lyon a besoin de ce genre de joueurs. Orban ne sera pas effrayé par le contexte lyonnais ni par les enjeux." Ça tombe bien puisque la mission maintien est plus que jamais d’actualité à l’OL. Après avoir enchaîné trois victoires fin 2023, les Gones ont rechuté sur la pelouse du Havre (3-1) le week-end dernier, sont virtuellement barragistes, à la 16e place.

Article original publié sur RMC Sport