Menaces. Les nouveaux “plans opérationnels” de Tsahal contre l’Iran, un double message

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le chef d’état-major de l’armée israélienne a annoncé que celle-ci prépare de nouveaux plans d’attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Une mise en garde adressée à Téhéran, mais aussi à la nouvelle administration américaine, observe la presse israélienne.

Les commentateurs sont unanimes. Le message délivré par Aviv Kochavi le 26 janvier est adressé tant à la classe dirigeante iranienne qu’à la nouvelle administration américaine. Le journal Maariv cite le général : “Les Iraniens connaissent notre capacité en matière de renseignement et ils savent très bien qu’ils ont été pénétrés.” “C’est bien sûr au gouvernement qu’il appartiendra de décider s’il faut les utiliser. Mais ces plans doivent être sur la table, exister”, a-t-il aussi déclaré. Le quotidien s’interroge : Israël s’apprête-t-il à passer à l’attaque contre les installations nucléaires en Iran ?

Pour Shimrit Meir dans Yediot Aharonot, il est clair que le commandant de Tsahal joue désormais le jeu du Premier ministre, Benyamin Nétanyahou. Si on veut être cynique, écrit la correspondante diplomatique du journal, on peut aisément comprendre quel était l’enjeu : un budget de milliards de shekels pour l’armée israélienne, pour la préparation d’une “option offensive” afin de régler une fois pour toutes le dossier du nucléaire iranien.

L’Iran a annoncé au début de janvier qu’il avait repris l’enrichissement d’uranium à hauteur de 20 %, bien au-delà des 3,67 % prévus par l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dont les États-Unis se sont retirés en 2018. Durant son intervention, le chef militaire israélien a estimé que l’Iran était à “des mois, voire des semaines” d’une bombe. Il a appelé les États-Unis à maintenir la “pression maximale” mise sur l’Iran par l’administration Trump et à négocier un nouvel accord mettant une fin définitive aux ambitions nucléaires de Téhéran.

À lire aussi:

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :