Publicité

Meaux : l’alerte-enlèvement déclenchée après l’enlèvement d’un nourrisson d’un mois à l’hôpital

Un nourrisson d’un mois a été enlevé à l’hôpital de Meaux, le plan alerte-enlèvement déclenché.
THOMAS COEX / AFP Un nourrisson d’un mois a été enlevé à l’hôpital de Meaux, le plan alerte-enlèvement déclenché.

FRANCE - Le plan alerte-enlèvement a été déclenché ce vendredi 19 janvier après l’enlèvement d’un nourrisson d’un mois à l’hôpital de Meaux, en Seine-et-Marne.

Il s’agit d’une petite fille d’un mois, qui a été enlevée jeudi soir dans l’établissement hospitalier entre 19h35 et 20h30. La police nationale suspecte la mère.

« Neilylah, de sexe féminin, âgée d’un mois », est un « bébé de type africain, cheveux frisés noirs, mesurant 50 cm et pesant environ 3 kg », indique la police. « Le suspect est sa mère [...], âgée de 21 ans, mesurant 1,73m, de type africain, yeux noirs, cheveux noirs, de corpulence normale, porteuse d’un T-shirt blanc, d’un pantalon gris et d’un bonnet en satin rouge », est-il précisé dans un communiqué.

D’après une source proche du dossier, la jeune mère se trouve sans domicile fixe et en raison du froid n’est pas en capacité de prendre soin de sa fille. La garde du bébé lui a été retirée en raison de ses fragilités psychologiques.

Un plan déclenché en France à une trentaine de reprises

« Si vous localisez l’enfant, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 197 ou envoyez un courriel à alerte-enlevement@interieur.gouv.fr », précise la police.

Le plan alerte-enlèvement est un dispositif d’alerte massive et immédiate déployé pour aider à la recherche d’un enfant présumé enlevé. Il est largement inspiré du plan « Amber Alert », créé au Texas en 1996, après l’enlèvement et l’assassinat de la petite Amber Hagerman.

Adopté en France en février 2006, il consiste à lancer une alerte massive en cas de rapt d’enfant mineur pour mobiliser la population dans la recherche de l’enfant et de son ravisseur. Il a été déclenché en France à une trentaine de reprises.

Il n’est activé que si plusieurs critères sont réunis : il faut un enlèvement avéré et pas une simple disparition, la victime doit être mineure, son intégrité physique ou sa vie doivent être en danger et des éléments d’information doivent permettre de la localiser.

Sa précédente activation remonte au 7 juin pour l’enlèvement à Dunkerque de la petite Malek, 8 ans, retrouvée saine et sauve en Italie avec son père le lendemain.

À Saint-Denis, l’auteur présumé du meurtre d’un adolescent de 14 ans s’est rendu à la police

En Seine-Saint-Denis, un ado tué dans une rixe d’un coup de couteau