Publicité

Mbappé au Real? La mise en garde très claire de Carvajal aux dirigeants madrilènes

Si le sujet provoque publiquement des sourires gênés chez la plupart des joueurs du Real Madrid, Dani Carvajal (32 ans) n’a lui aucun problème à parler d’une potentielle arrivée de Kylian Mbappé au club l’été prochain. Interrogé sur la Cadena Cope mardi, le latéral droit a déroulé le tapis rouge à l’attaquant français, qui a annoncé son départ du PSG à ses dirigeants, entraîneurs et coéquipiers en février. Mais l’international espagnol a aussi mis en garde le joueur et les dirigeants madrilènes sur les émoluments qu’ils pourraient accorder au champion du monde 2018.

"Pas de jalousie" mais...

"Pas de jalousie", a assuré Carvajal à la question de savoir si un gros contrat de Mbappé pourrait en susciter. "Mais les personnes qui sont dans le club depuis le plus longtemps ont la responsabilité de veiller à ce que tout le monde rame dans la même direction. Quand quelqu'un déraille un peu, attrapez-le par l'oreille et remettez-le sur les rails."

Hormis ce rappel à l’ordre, Carvajal accueille Mbappé à bras ouverts. "Il semble qu'il soit possible qu'il vienne. À Madrid, les meilleurs doivent venir et il est l'un des meilleurs. Pour la Liga et notre football, ce serait bien, tout comme Lewandowski est allé à Barcelone."

S’il a annoncé son choix de ne pas prolonger au PSG, Kylian Mbappé n’a encore jamais pris la parole pour le confirmer publiquement. L’identité de son prochain club est aussi toujours inconnue même si le Real Madrid, courtisan de très longue date, apparaît en pole position pour le recruter. Ces dernières semaines, plusieurs médias espagnols ont assuré qu’un accord existait déjà entre le club et le joueur, ce que ne confirme pas RMC Sport.

Le 28 février dernier, l’attaquant du PSG a fait l’objet de questions sur le sujet lors d’un dîner à l’Elysée où il était convié par le président de la République française, Emmanuel Macron, dans le cadre de la visite de l’émir du Qatar en France. Il aurait confié à ses interlocuteurs que rien n’était fait.

Article original publié sur RMC Sport