Publicité

« May December » avec Natalie Portman : quand « Faites entrer l’accusé » s’invite dans la BO du film

CINÉMA - Faites entrer Todd Haynes. Le cinéaste américain, à qui l’on doit Carol ou Dark Waters, est de retour au cinéma ce mercredi 24 janvier avec son nouveau film, May December. Et en découvrant le long-métrage porté par Natalie Portman et Julianne Moore, le spectateur ne pourra s’empêcher d’être perturbé par un choix de bande originale pour le moins surprenant.

« Anatomie d’une chute », en lice pour les Oscars 2024, tient déjà sa revanche (avant même une victoire)

Dès le générique d’ouverture, et puis à plusieurs reprises sur différentes scènes du film, ce sont les mêmes notes qui résonnent : celles de Faites entrer l’accusé, l’émission culte qui retrace de grandes affaires criminelles, diffusée pendant 20 ans sur France 2 (et depuis 3 ans sur RMC Story).

On n’a pas été les seuls à être interloqués au moment de découvrir le film à l’occasion du dernier festival de Cannes : dans la salle de projection où nous étions, les rires fusaient à chaque utilisation, et d’autres critiques confiaient avoir trouvé ça « étrange et perturbant ». Il y a fort à parier que la scène se reproduise dans les cinémas ces jours-ci.

Évidemment, ce n’est pas à Christophe Hondelatte qu’on doit cette composition, qui est en fait une reprise d’un thème non moins célèbre du cinéma écrit par un artiste français. Il s’agit en effet de « la partition retravaillée et itérative du Messager, de Joseph Losey, signée en son temps par Michel Legrand. Splendide musique, aux accords poignants et inoubliables, mise au service d’un film non moins magnifique (Palme d’or à Cannes en 1971) », rappelle le critique du Monde Jacques Mandelbaum.

Fan de David Bowie, Bob Dylan ou The Velvet Undergound (il leur a consacré un documentaire en 2021), Todd Haynes est un vrai mélomane, et accorde toujours une place immense à la musique dans ses films. Invité d’un long entretien diffusé à l’antenne de Fip en mai dernier, le cinéaste a expliqué à quel point il a été bluffé par la musique de Michel Legrand pour Le Messager.

« C’est un très beau film, mais j’ai surtout été stupéfait par la bande originale. Je me suis dit que c’était une musique ultra-intéressante pour un film », raconte-t-il. « J’ai donc pris cette musique et je l’ai ajoutée au scénario [de May December] scène par scène, comme pour composer l’intégralité de la BO avec cette musique de Michel Legrand. Et on s’est rendu compte à quel point le film reposait sur cette musique. Ce n’est finalement que trois semaines avant de finir le film qu’on a obtenu les droits de l’utiliser. »

C’est donc au son de Michel Legrand – et non du générique de Faites entrer l’accusé, que Todd Haynes n’a a priori jamais regardé – qu’on suit Natalie Portman dans le rôle d’Elizabeth, une actrice célèbre venue rencontrer la femme qu’elle va incarner à l’écran. Gracie, jouée par Julianne Moore, a fait vingt ans plus tôt la une des tabloïds parce qu’elle entretenait une liaison pédophile, illicite, avec un adolescent de 13 ans.

L’adolescent a grandi (Charles Melton, vu dans Riverdale), le couple a tenu et fait des enfants, mais Gracie est toujours inscrite au fichier public des délinquants sexuels, et détestée par ceux qui n’ont pas oublié son histoire.

Todd Haynes explique que May December appartient à ces films « qui posent des questions et débattent de dilemmes moraux. C’est quelque chose de vital au cinéma » mais « il est de plus en plus dur de faire ce genre de films ». Mais malheureusement plus que le dilemme moral, c’est la bande originale qu’on retiendra surtout de ce film un peu plat et loin d’être un de nos coups de cœur de la semaine.

À voir également sur Le HuffPost :

« Iron Claw » raconte l’histoire vraie de la famille Von Erich et montre les ravages de la masculinité toxique

« Le Dernier des Juifs » : Pourquoi Noé Debré a longtemps hésité avant de faire ce film