Publicité

Matthieu Lartot se confie sur son moignon : amputé, le journaliste évoque la difficile adaptation à sa prothèse

Depuis plusieurs mois, Matthieu Lartot doit réapprendre à vivre avec une prothèse. Amputé au niveau de la jambe droite, le journaliste s'est confié à "Faire Face" sur son moignon, dont il doit prendre grand soin au quotidien.

C'est une nouvelle vie qui commence pour Matthieu Lartot cette année. En avril dernier, le journaliste de 44 ans a annoncé être atteint d'un cancer au niveau du genou droit. Une rechute qui l'a obligé à choisir l'amputation, afin d'éradiquer la maladie. Tout au long du processus, le spécialiste du rugby chez France Télévisions n'a pas hésité à donner de ses nouvelles, notamment tout au long de sa rééducation. Devenu un véritable porte-parole des personnes handicapées en France, il n'hésite pas à faire entendre sa voix lorsqu'il voit des choses qui le dérange.

Récemment, Matthieu Lartot a tiré la sonnette d'alarme concernant les prothèses, dont le prix exorbitant le révolte. Le journaliste n'élude aucun sujet et en interview pour le magazine spécialisé sur la thématique du handicap Faire Face, il s'est confié sur sa vie au quotidien depuis son amputation. Le grand copain de Fabien Galthié parle notamment de sa propre prothèse et de son utilisation dans la vie de tous les jours. "Les journées où je travaille, je la porte du matin au soir sans discontinuer. Quand je suis chez moi, je la mets un peu moins", précise-t-il, avant de poursuivre sur un enjeu moins médiatisé : "Dans la vie d'une personne amputée, l'une des grandes préoccupations est de prendre soin de son moignon. Tout repose sur lui."

Matthieu Lartot évoque "les problèmes de peau" qui peuvent le mettre à l'arrêt

Amputé au niveau de la jambe droite, Matthieu...

Lire la suite


À lire aussi

"Il a été un peu..." : Ce moment marquant où Matthieu Lartot a dû annoncer son amputation à ses 2 enfants et sa femme
"Elle a réussi à garder 4 cm" : Matthieu Lartot amputé à la suite de son cancer, ce détail qui change sa vie
"Pas eu d'appréhension à regarder sous le drap" : Matthieu Lartot évoque pour la première fois le délicat sujet de l'amputation