Publicité

Matic de Rennes à Lyon: chronique d’un feuilleton à rebondissements et d’un divorce inéluctable

Cinq mois à Rennes et puis s’en va… L’aventure de Nemanja Matic au Stade Rennais aurait été beaucoup plus courte que prévu. Arrivé l’été dernier en provenance de l’AS Roma contre 2,5 millions d’euros, l’ancien joueur de Manchester United va s’engager avec l’Olympique Lyonnais. Matic est attendu à Lyon sous 24h. Il doit parapher un contrat jusqu'en 2026 pour une indemnité de transfert d'environ trois millions d'euros.

>> Les infos mercato EN DIRECT

Le divorce entre l’international serbe et le club breton était devenu inéluctable depuis que l’international serbe a exprimé cet hiver son souhait de partir. Si Matic s’est engagé avec le Stade Rennais jusqu’en 2025, il ne s’est jamais épanoui avec les Rouge&Noir, avec lesquels il a fait 19 apparitions toutes compétitions confondues (3 passes décisives). Plusieurs raisons expliquent son mal être en Bretagne. La principale trouve son origine loin des terrains de football. Matic n’a pas apprécié que ses enfants ne puissent pas être scolarisés dans une école internationale, malgré l’assurance des dirigeants bretons au moment de sa signature. Le milieu de terrain a aussi déchanté sur le plan sportif, avec la démission surprise de Bruno Genesio au mois de novembre.

Avec ses enfants à la gare de Rennes... direction Londres

Lorsqu’arrive le mercato d’hiver, le Serbe a donc pris sa décision: il veut partir. Le 9 janvier, il est aperçu avec ses enfants à la gare de Rennes. Direction Londres. Le joueur a au préalable vidé son casier au centre d’entraînement. Plusieurs pistes pour la suite de sa carrière sont étudiées. En France l’OM et surtout l’Olympique Lyonnais sont sur les rangs. Un retour en Premier League à Fulham et la retraite sont aussi évoqués.

Mais le 11 janvier, le Stade Rennais hausse le ton. Dans un communiqué offensif, le club d’Ille-et-Vilaine dénonce le "comportement totalement incompréhensible de la part d’un expérimenté sous contrat jusqu’en 2025." Le club attend aussi des "explications" de son joueur et tient à rappeler qu’il est "naturellement sensible au bien être personnel de ses joueurs" et que "toutes les modalités nécessaires à la bonne intégration de Nemanja Matic et son entourage ont été effectuées en parfaite transparence."

Matic revient, Rennes dicte son tempo

Alors que la direction rennaise entame des discussions avec l’agent du joueur, ce dernier se serait mis d’accord avec l’Olympique Lyonnais. Le même jour que la publication du communiqué du club, Matic brise le silence: "Après 6 mois passés au club, je ne peux que confirmer que notre club est devenu un club exceptionnel pour tous les joueurs, particulièrement les jeunes. Malheureusement, en raison d'une erreur que j'ai faite, je n'ai pas pu adapter ma vie personnelle et ma vie professionnelle", écrit-il sur Instagram avant d’annoncer: "Je vais rentrer à Rennes pour décider avec le club des prochaines étapes."

Besiktas tente sa chance

Trois jours plus tard, le 15 janvier, les deux camps se réunissent enfin. Le Stade Rennais indique à son joueur qu’il ne s’opposera pas à son départ mais uniquement si ses conditions sont respectées. C’est le statut quo. Quelques jours passent. Tandis que le joueur est dispensé d’entraînement, l’hypothèse d’un non-départ reprend de l’épaisseur. "Il n'est pas à l'entraînement en ce moment, il n'y a pas de nouveauté par rapport à la semaine dernière", glisse mercredi l’entraîneur breton Julien Stéphan. L’entraîneur rennais a toujours exprimé son souhait de voir l’ex-Red Devil rester. Le même jour, les Turcs de Besiktas se manifestent. Ils souhaitent un accord avant ce jeudi matin. Trop tard. C’est donc finalement Lyon qui après une offre jugée insuffisante parvient finalemement à un accord avec le Stade Rennais. Alors que les deux clubs n'avaient encore rien officialisé jeudi après-midi, hasard du calendrier, l'OL accueillera Rennes vendredi soir en ouverture de la 19e journée de Ligue 1. Il se pourait bien que Matic ait changé de camp.

Article original publié sur RMC Sport