Publicité

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po Paris, de retour malgré une enquête pour violences conjugales

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po Paris, avait été placé en garde à vue début décembre, tout comme son ex-compagne. Tous deux s’accusaient de violences conjugales.
THOMAS SAMSON / AFP Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po Paris, avait été placé en garde à vue début décembre, tout comme son ex-compagne. Tous deux s’accusaient de violences conjugales.

SCIENCES PO - Retour après plus d’un mois d’absence. Toujours visé par une enquête pour violences conjugales, le directeur de Sciences Po Paris, Mathias Vicherat, va reprendre ses fonctions dès lundi prochain, le 29 janvier. Une commission de l’IEP (Institut d’études politiques) a approuvé la fin de sa mise en retrait provisoire mardi 23 janvier, indiquent Le Parisien et Politico.

Le dirigeant de 45 ans a quitté son poste pendant sept semaines, suite à une affaire de violences conjugales. Le 3 décembre, lui et son ex-compagne Anissa Bonnefont s’étaient retrouvés en garde en vue au commissariat du 7e arrondissement, s’accusant mutuellement de violences conjugales.

L’information avait fait le tour de la presse, et généré des tensions au sein de l’établissement parisien, à tel point que Mathias Vicherat avait annoncé se retirer provisoirement de l’IEP, et par la même occasion cesser de recevoir son salaire. Dans une déclaration commune, le couple avait alors indiqué : « des éléments relatifs à notre vie privée ont été divulgués par la presse. Les ruptures sont rarement évidentes et ne devraient en aucune manière faire l’objet de communication dans les médias et les réseaux sociaux ».

Une enquête toujours en cours

Si aucune plainte n’a été déposée d’un côté comme de l’autre, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, toujours en cours à ce jour. Nova, syndicat étudiant de Sciences Po, indique au Parisien qu’il aurait préféré une prolongation du retrait du directeur, jusqu’à la fin de l’enquête. Plusieurs syndicats, l’Unef, Solidaires, et l’Union étudiante, avaient réclamé la démission du directeur.

Pour autant, la commission interne de l’IEP, spécialement composée pour ce dossier, en a décidé autrement, sans grande surprise. Cette décision suit l’avis du conseil de déontologie rendu le 15 janvier, qui indiquait qu’il ne pouvait « conclure à un manquement aux principes déontologiques de la charte » concernant Mathias Vicherat.

« Le problème Vicherat a été jugé à l’ombre du scandale Duhamel, or cela n’a rien à voir », estime Pascal Perrineau, politologue enseignant de l’IEP et président de l’association des anciens élèves, interrogé par Politico. Mathias Vicherat avait succédé en novembre 2021 à Frédéric Mion, contraint de démissionner en février de cette année-là pour avoir dissimulé les soupçons d’inceste visant le politologue Olivier Duhamel.

À voir également sur Le HuffPost :

À Los Angeles, une femme tuée par la police après avoir appelé le 911 pour violences conjugales

Maïwenn Le Besco jugée pour l’agression d’Edwy Plenel : leurs deux témoignages sur cette affaire