Martinique et Guadeloupe : le chlordécone, un poison politique

·2 min de lecture

D'où ça sort? Alors que des mouvements sociaux violents agitent les Antilles françaises, le scandale du chlordécone revient au cœur de l'actualité. Explications sur une affaire qui a contribué saper la confiance dans les institutions.

Le bananier, plante herbacée aux fruits si délicieux, est de longue date une manne pour les Antilles françaises. Il ne lui faut que neuf mois pour pousser et produire un régime de bananes, une caractéristique précieuse dans une région où les ouragans destructeurs sont monnaie courante. Produit phare des exportations de la Guadeloupe et de la Martinique, la banane est aussi au cœur d'une malédiction qui frappe les deux îles. Pendant des décennies, l'utilisation d'un pesticide toxique y a été autorisée, au nom de la sauvegarde des précieuses récoltes. Le chlordécone, un composé organochloré de synthèse, permettait de tuer le charançon du bananier, un nuisible qui ravageait les plants de bananiers. Il était aussi un polluant persistant, qui s'accumule dans les sols et dans les organismes. Près de trois décennies après la fin de son utilisation, il demeure omniprésent : selon des études épidémiologiques, il est détecté chez plus de 90% des habitants de la Guadeloupe et de la Martinique, indique une synthèse de l'Irset.

Le scandale du chlordécone n'a pas été découvert récemment. L'Etat en est même à son quatrième «plan chlordécone», présenté cette année, afin de répondre aux conséquences sanitaires, agricoles, économiques, sociales et environnementales. Face aux mouvements sociaux violents qui agitent la Guadeloupe et la Martinique ces derniers jours, l'héritage de l'affaire du chlordécone est cependant réexaminé à l'aune de la méfiance de certains Antillais vis-à-vis de la vaccination. «Il y a un sujet de confiance», a admis le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, dimanche sur France 3.

Des candidats à la présidentielle s'en emparent, dont Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. La socialiste Anne Hidalgo plaide(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles