Publicité

Marseille : il tente de se débarrasser de son épouse et de son amant de façon radicale

Juridiquement, cette affaire a été qualifiée de : "instigation à commettre un assassinat non suivie d’effet", rapporte Le Matin. En effet, un homme de 46 ans avait orchestré la mort de sa femme et de son prétendu amant. L’histoire a commencé le 29 décembre 2022 quand les policiers de Marseille ont reçu les déclarations ahurissantes de deux personnes. Il s’agissait d’une infirmière, l’épouse du père de famille avec 4 enfants, et un dénommé "Virus". Si la femme venait pour dénoncer le projet d’assassinat à son encontre, l’homme appelé "Virus", lui, avait affirmé avoir été recruté par le mari jaloux pour la tuer. Aux policiers, "Virus" explique qu’il avait été recruté par le mari de l’infirmière pour tuer deux personnes. Les concernés par le contrat étaient la femme du client, un commercial franco-israélien, et son prétendu amant, l’ex-beau-frère du mari jaloux. Le concerné ne supportait pas la rupture avec son épouse avec qui il était marié depuis 24 ans. Avec des messages comme preuves, Virus affirme que le mari lui avait proposé 5000 euros pour tuer le prétendu amant, dans un premier temps. Seulement, la femme a réussi à avoir les aveux de son mari où il affirme vouloir "buter l’autre". C’est alors que le mari change le contrat pour que le tueur présumé tue sa femme.

"Pas un génie du crime"… 7 ans de prison

Dans les messages échangés, plusieurs scénarios avaient été abordés notamment un accident de voiture (...)

Lire la suite sur Closer

Astrologie 2024 : ce signe dont la patience va être récompensée sur le plan financier ce 18 janvier
Bien être : cette habitude nordique qui rendrait plus heureux et sain d'esprit
Alain Delon enterré avec ses parents plutôt qu'à Douchy ? Ses propos ambigus sur ses dernières volontés
Gérard Depardieu : "Ces gens qui…", interrogée sur leur tournage commun Laetitia Casta balance une réponse lourde de sens
Disparition de Lina dans le Bas-Rhin : était-elle en froid avec son ex, mort brutalement huit jours après l’affaire ?