Publicité

Sur Mars, la mission InSight vit ses dernières semaines

Les équipes de la Nasa ont tout fait pour prolonger au maximum la mission InSight, qui depuis 2019 scrute les moindres soubresauts de Mars grâce à un "stéthoscope planétaire", un sismomètre de conception française. Mais l’accumulation de poussières sur les panneaux solaires de l’atterrisseur réduira bientôt ce fabuleux instrument au silence.

Elle a été lancée le 5 mai 2018 : depuis près de quatre ans, la mission de la Nasa InSight (Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) écoutait battre le cœur de Mars grâce à un sismomètre conçu principalement et pendant plus de deux décennies par l’Institut de physique du globe de Paris. Ce bijou technologique a enregistré ainsi plus de 1300 "tremblements de Mars" (le plus gros de magnitude 5) qui ont permis de reconstituer la structure interne de la planète, de la croûte jusqu’au noyau liquide.

Vue d\'artiste de l\'atterrisseur InSight et son sismomètre (en bas à gauche) qui enregistre les tremblements de Mars Crédit : Nasa
Vue d\'artiste de l\'atterrisseur InSight et son sismomètre (en bas à gauche) qui enregistre les tremblements de Mars Crédit : Nasa

Vue d'artiste de l'atterrisseur InSight et son sismomètre (en bas à gauche) qui enregistre les tremblements de Mars

Une planète "qui vit et qui respire"

"Finalement, nous pouvons considérer Mars comme une planète possédant plusieurs couches de différentes épaisseurs et compositions, a déclaré dans un communiqué Bruce Banerdt, du Jet Propulsion Laboratory à Pasadena en Californie et investigateur principal de la mission. Mars est une planète qui vit et respire" (géologiquement parlant !). Tout récemment, la Nasa a même annoncé que le sismomètre avait détecté des impacts d’astéroïdes pesant plusieurs centaines de tonnes, formant des cratères de 150 mètres de large sur le sol ocre et désertique de la planète Rouge.

Mais cette fabuleuse et très prolifique mission arrive inexorablement à son terme. Elle sera réduite au silence "dans les semaines qui viennent", précise le même communiqué. La raison de cette fin annoncée ? Les poussières très fines qui jonchent le sol de la planète, virevoltent dans l’atmosphère au gré des vents et des tempêtes… et s’accumulent depuis le début de la mission sur les deux panneaux solaires d’InSight ! Déployés après l’atterrissage et en forme de décagones réguliers, ils mesurent chacun 2,2 mètres de diamètre. Et alimentent des batteries lithium-ion qui produisent elles-mêmes, au maximum de leur capacité, près de 5000 Wh par jour martien.

Une source d’électricité plus importante que sur les précédents engins mart[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi