Publicité

Marlène Schiappa reprend ses études et s’inscrit à l’EM Lyon Business School

L’ancienne secrétaire d’État a annoncé sur LinkedIn son inscription dans la grande école de commerce lyonnaise.

POLITIQUE - Retour à l’école. L’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes Marlène Schiappa a annoncé sur son compte Linkedln, ce mercredi 24 janvier, son inscription à l’EM Lyon Business School. Plus de six mois après avoir quitté le gouvernement Borne, celle qui a « toujours eu la conviction qu’il fallait se former tout au long de sa vie », reprend donc ses études dans cette école de commerce.

Dans un long post, elle justifie sa décision en devançant les critiques. « On se souvient combien Jean-Baptiste Djebbari [ex-ministre délégué chargé des Transports] avait été critiqué pour avoir entamé un MBA… L’on aurait dû au contraire saluer la démarche, non ? »

Marlène Schiappa, 41 ans, rappelle aussi son parcours, avec notamment l’obtention d’un diplôme en communication de l’université Grenoble-Alpes à 26 ans par le biais de la validation des acquis de l’expérience, l’inscription en master de lettres modernes à 30 ans et une formation en géopolitique suivie « en cachette » lorsqu’elle était au gouvernement.

Marcheuse de la première heure, Marlène Schiappa est entrée en 2017 dans le gouvernement d’Édouard Philippe. Elle occupe le poste de secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes qpendant un peu plus de trois ans, avant d’être promue ministre déléguée chargée de la Citoyenneté dans l’équipe de Jean Castex, puis de passer secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire dans le gouvernement Borne.

Aujourd’hui, comme l’indique sa biographie X (ex-Twitter), elle est associée au sein du cabinet de conseil en communication Tilder et se définit comme « romancière, scénariste, documentariste ».

A voir également sur Le HuffPost :

Fonds Marianne : les responsables associatifs pointent du doigt Marlène Schiappa et le préfet Gravel

Fonds Marianne de Marlène Schiappa : la commission d’enquête dénonce le « fiasco » d’un « coup politique »

VIDÉO - Amélie Oudéa-Castéra: "Ne faisons pas de procès d'intention, jugez moi sur mon action de ministre"