Russie et Ukraine organisent des exercices militaires, l'Otan sur le qui-vive

par Gabrielle Tétrault-Farber et Robin Emmott
·3 min de lecture
RUSSIE ET UKRAINE ORGANISENT DES EXERCICES MILITAIRES, L'OTAN SUR LE QUI-VIVE

par Gabrielle Tétrault-Farber et Robin Emmott

MOSCOU/BRUXELLES (Reuters) - La Russie et l'Ukraine ont organisé simultanément des exercices militaires mercredi, tandis que des réunions se sont tenues en urgence à l'Otan pour évoquer l'afflux de troupes russes près de la frontière ukrainienne.

Deux navires de guerre américains sont censés arriver en mer Noire dans le courant de la semaine alors que les Etats-Unis et l'Otan accusent Moscou de masser des forces à sa frontière avec l'Ukraine et en Crimée, annexée par la Russie en 2014.

La Russie, qui a dit considérer comme une provocation les mouvements maritimes de Washington et prévenu ce dernier qu'il devait se tenir à l'écart de la Crimée et de la mer Noire, assure que le déploiement des troupes est un exercice d'urgence destiné à vérifier les capacités de réponse de son armée face à ce qu'elle considère comme un comportement menaçant de l'Otan.

Ces manoeuvres militaires doivent prendre fin sous deux semaines, a indiqué Moscou.

En amont de l'arrivée des bâtiments de guerre américains, la marine russe a entamé mercredi des manoeuvres militaires en mer Noire, avec des exercices de tirs contre des cibles en surface et dans les airs.

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan, a demandé mardi à Moscou de renoncer à son déploiement de troupes.

En Ukraine, les forces armées ont effectué près de la frontière avec la Crimée un exercice lors duquel elles ont repoussé une attaque menée par un char d'assaut et des troupes au sol.

Au même moment, à Bruxelles, le ministre ukrainien de la Défense a déclaré aux députés européens que la Russie effectuait des préparatifs pour pouvoir stocker des armes nucléaires en Crimée. Andreï Taran, qui n'a pas fourni de preuve, a ajouté que la Russie massait 110.000 soldats à la frontière ukrainienne, citant les derniers renseignements obtenus par Kiev.

Les combats se sont intensifiés ces dernières semaines dans l'est de l'Ukraine, où les forces gouvernementales sont opposées depuis sept ans aux forces séparatistes pro-russes dans un conflit qui a causé 14.000 morts selon Kiev.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, qui s'est entretenu à Bruxelles avec Jens Stoltenberg en amont d'une visioconférence de l'Otan, a déclaré que l'Alliance transatlantique allait "répondre aux agissements agressifs de la Russie dans et autour de l'Ukraine".

Un climat tendu règne entre Washington et Moscou depuis que le président américain Joe Biden a qualifié le mois dernier son homologue russe Vladimir Poutine de "tueur".

Joe Biden s'est entretenu mardi par téléphone avec Vladimir Poutine, auquel il a proposé la tenue d'un sommet bilatéral pour évoquer un ensemble de questions, notamment la situation en Ukraine. Le Kremlin a déclaré mercredi qu'il était prématuré d'évoquer un tel rendez-vous.

Moscou accuse régulièrement l'Otan de déstabiliser l'Europe en renforçant les contingents armés présents dans les pays baltes et en Pologne - tous membres de l'Otan - depuis l'annexion de la Crimée. L'Otan rejette ces accusations.

(avec Andrew Osborn, Tom Balmforth et Dimitry Antonov à Moscou, Matthias Williams, Natalia Zinets et Pavel Polityuk à Kiev; version française Bertrand Boucey et Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)