Publicité

Marine Le Pen renonce à se faire rembourser le flocage de ses bus de campagne

Marine Le Pen photographiée le 14 février à l’Assemblée nationale 2023.
LUDOVIC MARIN / AFP Marine Le Pen photographiée le 14 février à l’Assemblée nationale 2023.

La Commission nationale des comptes de campagne avait refusé le remboursement d’une somme de 300 000 euros, correspondant au flocage de 12 cars.

POLITIQUE - Tant pis pour les 300 000 euros. Mercredi 18 janvier, Marine Le Pen avait fait un recours auprès du Conseil constitutionnel, après le refus par la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) de rembourser le flocage de ses bus de campagne.

Ce vendredi 24 février, Libération rapporte que la députée du Pas-de-Calais a finalement lâché l’affaire, comme on peut effectivement le constater au Journal officiel. Un désistement qui s’explique par la nécessité de faire rentrer du cash dans les caisses du parti, son recours ayant gelé le remboursement auquel elle avait droit.

« Nous devons bientôt rembourser la banque qui nous a octroyé le prêt pour la présidentielle, nous avons donc décidé de nous désister, même si nous continuons à contester le rejet de la dépense pour les cars », a justifié à Libération Kévin Pfeffer, député RN de la Moselle et trésorier du parti.

Pour autant, cela ne signifie pas que Marine Le Pen accepte la décision de la CNCCFP, qu’elle avait fustigée dans un communiqué. Pour rappel, l’instance qui épluche les dépenses des candidats estimait que ces flocages étaient assimilables à des affiches géantes, et qu’il s’agit donc d’affichages sauvages inéligibles au remboursement.

Raison pour laquelle cette dépense (qui concerne 12 véhicules au total) a été retoquée. Comme le rappelle Libération, qui avait déjà écrit sur le sujet, la formation d’extrême droite avait déjà vécu cette expérience au moment des élections régionales de 2021.

La décoration de plusieurs bus aux couleurs des candidats, comme celui de Sébastien Chenu dans les Hauts-de-France ou de Laurent Jacobelli dans la région Grand Est, avait été (déjà) retoquée par la CNCCFP. Ce qui n’a pas empêché le Rassemblement national de retenter le coup pour la présidentielle. Avec le même résultat.

À voir également sur Le HuffPost :

VIDÉO - Retraites : la réforme dans un faux plat, des séquelles sur tous les bancs

Lire aussi

Sur la guerre en Ukraine, Jordan Bardella tente de réhabiliter le RN (et ça ne passe pas)

Guerre en Ukraine, un consensus politique toujours aussi fragile un an plus tard