Publicité

Marine Le Pen et Jordan Bardella ont déjeuné avec la cheffe de l’AfD (mais ne veulent pas trop que ça se sache)

Alice Weidel, coprésidente de l’AfD, a annoncé avoir reçu un « accueil chaleureux » de la part des deux leaders du RN. Du côté du parti lepéniste, c’est silence radio.

POLITIQUE - Il y a des fréquentations plus faciles à assumer que d’autres. Manifestement, partager la table de la coprésidente de l’AfD, Alice Weidel, n’est pas un événement sur lequel Marine Le Pen et Jordan Bardella souhaitent s’étendre. Et pour cause, cette discrète rencontre a été rendue publique par cette figure de l’extrême droite allemande ce mardi 20 février dans la soirée, sans que les canaux habituels du RN en fassent mention.

Dans une publication sur X, mais aussi sur son compte Instagram et celui de l’AfD, Alice Weidel se félicite de cette rencontre. Surprenant, alors que le RN s’est targué d’une prise de distance à l’égard de son partenaire allemand au Parlement européen, après les révélations par la presse allemande autour d’un projet de « rémigration ». Plusieurs personnalités d’extrême droite, dont certains responsables de l’AfD, travaillaient dessus.

Ce projet, qui évoquait l’expulsion massive de personnes étrangères ou d’origine étrangère (y compris de citoyens allemands) a provoqué des manifestations monstres outre-Rhin, où l’éventualité de rouvrir les pires pages de l’histoire allemande a agi comme un électrochoc. Ce mardi, et alors que le RN n’a pas masqué son embarras face à cet encombrant partenaire, Alice Weidel affirme avoir renoué avec le parti lepéniste.

« Accueil chaleureux »

« On a échangé sur pleins de questions, on a les mêmes solutions », savoure la coprésidente de l’AfD, avant d’ajouter : « je tiens à vous remercier beaucoup pour votre accueil chaleureux à Paris. À bientôt ». Un enthousiasme que ne partagent pas Marine Le Pen et Jordan Bardella, lesquels n’ont pas partagé cette rencontre sur leurs réseaux sociaux, malgré les mentions faites par l’AfD, cœurs tricolores en supplément.

Il faut dire que le symbole n’est pas terrible à l’heure où le RN s’emploie à justifier (tant bien que mal) sa participation à la panthéonisation du résistant communiste Missak Manouchian, membre des FTP−MOI. Ce que n’ont pas manqué de relever les adversaires politiques du RN. « Hier, à la veille de l’entrée au Panthéon du groupe Manouchian, Le Pen et Bardella ont jugé bon de rencontrer Alice Weidel. Bel hommage aux manifestations énormes en Allemagne contre l’AFD d’Alice Weidel qui planchait secrètement sur un projet de rémigration forcée des étrangers », a réagi sur le réseau social X (ex-Twitter), le député socialiste Jérôme Guedj.

« Marine Le Pen a une alliée encombrante, la présidente du parti allemand AfD, dont les dérives extrémistes consternent l’Allemagne. Le RN jure avoir pris ses distances. Mais Alice Weidel s’enthousiasme de sa rencontre avec Marine Le Pen. Marine Le Pen, championne des coups en douce », a renchéri l’eurodéputée macroniste Nathalie Loiseau, quand le député Renaissance de Paris Benjamin Haddad ironise sur ce « petit rendez-vous en cachette ».

Sollicité par Le HuffPost pour en savoir plus sur l’issue de la rencontre, l’entourage de Jordan Bardella et de Marine Le Pen n’a pas donné suite.

À voir également sur Le HuffPost :

Contrairement à Attal, Macron estime que le RN « ne s’inscrit pas dans l’arc républicain »

« Arc républicain » : Emmanuel Macron démontre (encore) le flou qui entoure l’expression

VIDÉO - Pourquoi Gabriel Attal refuse-t-il de débattre avec Jordan Bardella ? #shorts