Publicité

Marina Foïs : "Je peux crever si je vois...", son aveu bouleversant sur sa famille

Elle est de retour au cinéma dans Captives, un film de Arnaud des Pallières dans lequel elle partage l’affiche avec Mélanie Thierry, Josiane Balasko et Yolande Moreau. A cette occasion, Marina Foïs s’est confiée dans les pages de Psychologies Magazine, et l’actrice en a profité pour évoquer sa jeunesse au sein d’une famille à la fois marquée par le bonheur et le drame. Marina Foïs grandit en effet au sein d’un milieu aisé, entouré de proches “plein de fantaisie, de culture, très engagés politiquement”, mais cette félicité ambiante va être bouleversée par un terrible drame. En 1999, alors que l’actrice a 29 ans, son frère aîné, Fabio, meurt à 31 ans dans un accident d’avion. Un drame qui a entaché le bonheur familial à tout jamais. “Sa disparition a été catastrophique à de nombreux égards”, explique Marina Foïs, qui a eu bien du mal à encaisser la détresse de ses parents. “Il y avait ma douleur à moi, bien sûr. Mais je m’inquiétais aussi pour celle de mes parents, qui était insoutenable”, lâche la comédienne. Encore aujourd’hui, Marina Foïs l’avoue, elle n’arrive pas à regarder leur tristesse en face. “Je peux crever si je vois mes parents pleurer”, confie l’actrice avant d’ajouter : “Physiquement, je ne le supporte pas”.

Marina Foïs : ce rapport compliqué avec sa propre image

Si Marina Foïs semble dotée d’une confiance en soi inébranlable, l’actrice reconnaît tout de même (...)

Lire la suite sur Closer

Disparition d'Amandine Estrabaud : "Délirant", ces deux mots qui ont mené à un nouveau procès de son meurtrier présumé
Kate Middleton hospitalisée : "Même dans les derniers instants", pourquoi autant de suspicion autour de la version officielle ?
Couples : ces tests incontournables à faire avec votre crush pour connaître l'avenir de votre relation
"C’est très très blanc" : Hugo Manos balance un détail très intime sur le corps de Laurent Ruquier
“Le genre de trucs qui arrive aux petites filles” : ce souvenir glaçant qui a mené Marina Foïs chez le psychanalyste