Publicité

Marina Carrère d’Encausse : très malade, son compagnon apprend une nouvelle intime qui le fait craquer en plein Télématin

Une lueur d’espoir. Alors qu’Emmanuel Macron a clarifié quelque peu sa position sur la fin de vie, Télématin a souhaité donner la parole au compagnon de Marina Carrère d’Encausse. Atteint de la maladie de Charcot et ancien médecin, Antoine Mesnier n’a jamais caché sa volonté de pouvoir partir dignement lorsqu’il l’aura décidé. "Le jour où je n’aurai plus mes mains", précise Antoine Mesnier, qui refuse de perdre complètement son autonomie.   C’est le 23 février 2022, le jour de ses 65 ans qu’il a reçu cette terrible nouvelle. Lui qui a "toujours eu envie de gagner", "ce jour-là, quand j’ai appris ma maladie, je n’ai pas eu envie de gagner mais de mourir", explique-t-il. Cela a été un véritable coup de massue. A tel point qu’il n’avait plus qu’un rêve en tête : faire un infarctus avant que la maladie ne prenne trop de terrain et que ses proches doivent l’aider à en finir. Sauf qu’au moment venu, il a changé d’avis.

Antoine Mesnier : "Je viens d’être grand-père à l’instant"

"Quand je fais un infarctus en juillet dernier, j’appelle le SAMU. J'ai fait mon diagnostic, je me suis sauvé", analyse-t-il. Depuis l’annonce de cette maladie incurable, Antoine Mesnier a repoussé l’échéance. Son regard sur la maladie et la fin de vie a évolué. "A l’instant où je vous parle…", a-t-il débuté, laissant sa phrase en suspens. Des trémolos dans la voix et les larmes aux yeux, Antoine Mesnier vient (...)

Lire la suite sur Closer

Des experts dévoilent la raison dégoûtante pour laquelle il ne faut pas se coucher avec les cheveux mouillés
Kate Middleton convalescente : George et Charlotte habillés par une célèbre marque française sur le cliché polémique
Gad Elmaleh jeune grand-père : “ça va au-delà du…”, il évoque avec tendresse sa petite-fille dans C à vous
“T’es un homme” : cette conversation ultra délicate entre Brigitte Macron et son ami Bernard Montiel
“Le syndrome de la femme noire” : Cyril Hanouna règle ses comptes avec Aya Nakamura, Gilles Verdez monte au créneau