Publicité

Mariage refusé à Béziers: le maire Robert Ménard salue l'expulsion du fiancé, une décision de "bon sens"

Mariage refusé à Béziers: le maire Robert Ménard salue l'expulsion du fiancé, une décision de "bon sens"

Une "bonne nouvelle" pour l’édile. Le maire DVD de Béziers, dans l’Hérault, Robert Ménard a salué ce jeudi sur BFMTV l’expulsion de l’Algérien de 23 ans qu’il avait refusé de marier avec une Française de 29 ans.

"Le bon sens l’a emporté, je dirais même que la morale l’a emporté", s’est-il réjoui.

Le jeune fiancé était censé épouser une Française le 7 juillet dernier, mais le maire de Béziers avait refusé, soupçonnant un "mariage blanc", alors que le jeune Algérien se trouvait sur le territoire français en situation irrégulière. Placé en centre de rétention lundi, il a été expulsé ce jeudi vers l’Algérie.

"Une bonne nouvelle"

"On allait m’obliger à marier quelqu’un qui est normalement obligé de quitter le territoire", s'est indigné le maire de Béziers, faisant référence à obligation de quitter le territoire français (OQTF) dont il faisait l’objet.

"Ce garçon n’avait aucune raison d’être en France", a-t-il jugé. "(Il) a commis des actes de violences, de vols, de recels. Il a été entendu par la police", a-t-il énuméré.

"Enfin, c’est fait, c’est une bonne nouvelle. (…) J’ai eu raison de refuser de le marier", a-t-il encore salué.

Le "courage" du préfet salué

"Mon rôle, c’est d’abord de dire non, je ne marierai pas quelqu’un qui aujourd’hui est en situation irrégulière dans ce pays. (…) J’ai décidé de le faire malgré les poursuites", a-t-il assuré, avant de saluer le travail du préfet de l’Hérault Hugues Moutouh "qui a décidé d’aller jusqu’au bout" et a prononcé l'expulsion du fiancé vers l’Algérie.

"J’ai un préfet qui a de la suite dans les idées, qui fait respecter strictement le droit, qui n’abdique pas, qui ne baisse pas la tête", s’est-il félicité.

"C’est une affaire de volonté et puis un peu de courage", a-t-il salué.

"J’espère qu’il y aura d’autres maires qui, comme je l’ai fait, refuseront les mariages dans ce cas-là et qu’il y aura d’autres préfets qui, comme le préfet de l’Hérault, iront jusqu’au bout", a-t-il appelé.

Le couple nie tout "mariage blanc"

De son côté, le fiancé en question avait assuré à BFMTV être "arrivé sur le territoire français à 16 ans" et ne pas être un "délinquant", malgré quelques "erreurs de jeunesse".

Sa fiancée avait réfuté tout mariage de complaisance. "Il me semble que nous avons suffisamment apporté de preuves pour prouver le contraire", avait-elle déclaré.

L'article 12 de la Convention européenne des droits de l'Homme (CEDH) stipule qu'il est "impossible d'interdire à une personne de se marier sous prétexte de sa religion, de sa couleur de peau ou de sa situation aux yeux de l'administration du pays dans lequel il vit".

Article original publié sur BFMTV.com