Publicité

Son mari meurt tragiquement à l'hôpital, elle reçoit une note salée quelques jours seulement après sa perte

L'épouse de Phil Morris n'a même pas eu le temps de faire son deuil. Il y a quelques semaines, Dana a perdu son mari de 48 ans. Opéré d'un bypass à l'hôpital St Anthony, il est tragiquement mort quelques jours plus tard. Envoyé à l'hôpital de Surrey pour s'y rétablir, il est décédé d'un "manque d'oxygène". Alors qu'elle n'avait pas encore eu le temps de l'enterrer, sa veuve a reçu une facture de l'hôpital privé britannique. Seulement trois semaines après la mort de Phil Morris en effet, la deuxième plus grande entreprise privée de santé du Royaume-Uni a demandé de l'argent à son épouse. "Non seulement Spire a laissé tomber mon mari, qui était relativement en bonne santé avant qu'il ne soit confié à leurs soins, mais ils ont eu la témérité d'essayer de récupérer l'argent pour l'opération et le traitement, ce qui a finalement conduit à sa mort", s'est-elle énervée. "J'étais encore sous le choc de la mort de Phil sous leurs soins et trois semaines seulement après sa mort, les factures ont commencé à arriver", a continué Dana, qui a porté plainte contre l'entreprise. Son mari avait payé 1.000 livres d'avance mais Dana a dû s'acquitter de 1.100 livres supplémentaires. "Il n'y avait aucune reconnaissance du fait qu'il était décédé sous leurs soins, juste des factures exigeant que je rembourse l'argent", s'est-elle souvenue. "Chaque fois que je recevais une facture, je me rappelais toute cette série d’erreurs que je payais et qui (...)

Lire la suite sur Closer

Charles III atteint d’un cancer : sans Kate Middleton, le prince William va prendre une nouvelle dimension
Kate Middleton opérée : cette magnifique lettre que la princesse a écrite sur son lit d’hôpital
Disparition de Lina, 15 ans, dans le Bas-Rhin : "De l’argent…", cette proposition immonde dans son village
Cheveux : ces deux coupes parfaites pour dissimuler un menton fuyant
Christophe Dechavanne : pourquoi il inscrivait ses enfants sous un nom différent à l’école