Publicité

Le mari de Clémentine Vergnaud, emportée par un cancer, témoigne du rôle difficile des aidants

Le mari de Clémentine Vergnaud s’est exprimé sur son rôle d’aidant.
RADIO FRANCE Le mari de Clémentine Vergnaud s’est exprimé sur son rôle d’aidant.

SANTÉ - « J’ai compris en quelques secondes que Clémentine allait avoir besoin que je sois à ses côtés. » Invité au micro de Léa Salamé ce mardi 23 janvier, dans la matinale de France Inter, le mari de Clémentine Vergnaud - journaliste emportée à 31 ans par un cancer des voies biliaires en décembre - a livré un témoignage poignant sur le décès de sa femme, et sur son rôle d’aidant.

Pour Grégoire Lecalot, ne pas rester avec elle jusqu’au bout était « inconcevable », et aurait été comme « abandonner quelqu’un qui fait naufrage ». Lors de l’annonce du cancer de Clémentine, le choix de l’accompagner dans son long combat n’a pas été « une décision facile à prendre pour autant », la faute à « beaucoup de questions et d’autres choses qui rentraient en compte ».

Mais il n’a pas hésité : « Personne d’autre que moi ne pouvait tenir ce rôle. (...) Pour moi, c’était clair, il n’y avait pas d’autres choix. Dans le mot ’aidant’, il n’y a qu’une seule lettre de différence avec le mot ’aimant’, et c’est comme ça que j’ai voulu accompagner Clémentine. »

Grégoire Lecalot admet alors avoir pris peur. « Je n’ai jamais osé lui dire que j’avais peur de rester seul dans un appartement que je ne pourrais pas payer, d’être obligé de déménager, en plus de subir sa perte. Elle a tout organisé pour que ça ne se passe pas comme ça », explique-t-il.

« Elle a ressenti un grand soulagement » à l’annonce de l’arrêt des traitements

Il est également revenu sur leur mariage, intervenu suite à un grave accident cardiaque qu’a subi la journaliste pendant son combat contre le cancer. Alors qu’elle est à l’hôpital, très affaiblie, elle demande à Grégoire de l’épouser, ce à quoi il a tout de suite répondu oui. « Pour moi, le mariage était une institution rétrograde, et elle a changé mon regard sur le mariage », témoigne-t-il.

Autre moment douloureux qu’ont vécu les deux époux : l’annonce de l’arrêt des traitements contre le cancer. « Elle a ressenti un grand soulagement. (... ) Elle s’est dit, enfin, j’ai le droit de ne plus avoir ce visage de courage », se souvient son mari, qui ajoute, retenant ses larmes : « Pour moi, voir une jeune femme de 31 ans ressentir un tel soulagement parce qu’on lui dit qu’elle va mourir, c’est pas possible. » Qui plus est, cette annonce est intervenue le jour de l’anniversaire de Grégoire Lecalot, le 28 novembre. « Je vous annonce que je vais en changer », a-t-il précisé au sujet de cette date d’anniversaire.

Le cancer des voies biliaires est très agressif, et ne touche qu’une personne sur 50 000, en général plutôt des hommes âgés. Clémentine Vergnaud avait raconté son combat d’un an et demi - elle a été diagnostiquée en juin 2022 - dans un podcast, intitulé Ma vie face au cancer : le journal de Clémentine et dont six épisodes ont été mis en ligne à titre posthume. « Son iliade », selon son mari, qui lui permet de laisser une trace.

À voir également sur Le HuffPost :

Fin de vie : très jeunes, ils ont accompagné un proche malade et perdu leur insouciance

Les podcasts de Clémentine Lecalot-Vergnaud dévoilés à titre posthume, trois semaines après sa mort