Publicité

Marco Mouly, figure de l’escroquerie aux quotas carbone, se rend au tribunal de Paris pour être incarcéré

Condamné dans l’affaire dite de la « taxe carbone », vaste fraude sur le marché des droits à polluer, Marco Mouly avait assuré qu’il ne retournerait pas en prison.

« Bah ouais, je défie la police ! » Cette déclaration provocatrice de Marco Mouly auprès de Mediapart il y a moins d’une semaine a fait long feu. Le célèbre « roi de l’arnaque » s’est rendu ce mercredi 13 mars au tribunal de Paris en vue de son incarcération après la révocation partielle de son sursis.

« Je ne vais pas en cavale, je me rends, la cavale n’existe plus », a déclaré à la presse dans le hall du tribunal le célèbre arnaqueur, condamné en 2019 pour une vaste escroquerie dans l’affaire des quotas aux émissions carbone. « L’estomac est là, ça fait flipper d’aller en prison », a confié celui dont l’histoire a été adapté en série par Netflix et Canal+, portant deux gros sacs de voyage. « C’est un peu dur pour moi d’aller en prison » alors que « la procédure a 30 ans ».

Car ce n’est pas l’affaire de la taxe carbone qui conduit la justice à réclamer le retour en prison de l’escroc. Vendredi, une juge de l’application des peines a prononcé la révocation partielle de son sursis dans l’affaire du « Vendôme Trading ». Dans ce cas-ci, l’arnaqueur n’avait pas détourné des fonds européens dédiés à la lutte contre les émissions de gaz à effets de serre, mais ceux destinés à la TVA et remboursés par l’État danois, au moyen d’un montage d’entreprises douteux.

Le juge a estimé que plusieurs obligations fixées Marco Mouly n’avaient pas été respectées, notamment celle de travailler. L’intéressé occupait « un emploi fictif » de community manager, selon le juge, et « il a fourni à la justice des fausses fiches de paie, sur fond d’organisation bien huilée ». L’intéressé a indiqué lors d’une audition travailler à un second livre et avoir décroché un rôle principal dans un film qui doit être tourné prochainement.

Mediapart, qui l’avait contacté vendredi, avait annoncé qu’il prenait la fuite, tout en précisant ne pas être en mesure de vérifier si c’était bien le cas. Marco Mouly avait dit sur C8 dans la soirée que cela était « faux ».

À voir également sur Le HuffPost :

L’UE met fin aux « droits à polluer » gratuits des industriels

La « taxe carbone » aux frontières de l’Union européenne adoptée