"Marche contre la vie chère" de Mélenchon: Martinez met en garde sur un "mélange des genres"

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, devant le site de la SAM, à Viviez, dans l'Aveyron, le 1er décembre 2021 - Valentine CHAPUIS © 2019 AFP
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, devant le site de la SAM, à Viviez, dans l'Aveyron, le 1er décembre 2021 - Valentine CHAPUIS © 2019 AFP

Prévue pour septembre prochain, la "grande marche contre la vie chère" proposée par Jean-Luc Mélenchon n'a pas que des adeptes. Ce lundi, le leader de la CGT, Philippe Martinez, a rappelé que les mobilisations sociales étaient du ressort des syndicats et non des formations politiques, au risque d'un "mélange des genres."

"Les mobilisations sociales sont du ressort des organisations syndicales. Ca fait très longtemps que c'est comme ça. Que des formations politiques soutiennent des mobilisations sociales, il y en a besoin mais il ne faut pas de mélange des genres (...) donc pas l'inverse", a exposé le secrétaire général de la CGT sur franceinfo.

Journée de grève le 29 septembre

Le successeur de Thierry Lepaon à la tête de la confédération réagissait au souhait de Jean-Luc Mélenchon d'organiser en septembre, "une grande marche contre la vie chère" présentée comme "une grande initiative politique" commune à toute la gauche pour préparer d'hypothétiques nouvelles élections législatives susceptibles de débloquer la crise parlementaire.

De leur côté, la CGT et Solidaires ont appelé à "une journée de grève interprofessionnelle" le 29 septembre qui sera notamment axée sur les salaires.

Les syndicats de salariés (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, Unsa) se retrouvent par ailleurs lundi à 18H00, avec les organisations de jeunesse, au siège de Force ouvrière, pour une réunion d'échanges sur le thème du pouvoir d'achat.

"La seule façon de lutter contre la vie chère, d'améliorer le pouvoir d'achat, c'est d'augmenter les salaires. C'est pas en donnant des primes, une fois de temps en temps, ça met du beurre dans les épinards, mais ça ne règle pas les problèmes de fond", a affirmé Philippe Martinez, critiquant en creux l'approche de l'exécutif dans son projet de loi sur le pouvoir d'achat dont l'examen commencera dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 18 juillet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles