Publicité

Marc Fesneau dénonce « la tension » provoquée par la Coordination rurale à Paris

Marc Fesneau photographié à Paris le 27 janvier (illustration)
THOMAS SAMSON / AFP Marc Fesneau photographié à Paris le 27 janvier (illustration)

POLITIQUE - « On n’avait pas besoin de ça ». Ce vendredi 1er mars au micro de France Bleu, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a déploré la manifestation surprise organisée par la Coordination rurale sous l’Arc de Triomphe au petit matin.

Salon de l’agriculture : Combien gagnent vraiment les agriculteurs ? Les réponses de l’Insee

« On a besoin de dialoguer, on n’a peut-être pas besoin, par des manifestations interdites, puisque c’est une manifestation qui n’avait pas été déclarée, de créer de la tension supplémentaire », a dénoncé le ministre. Le syndicat avait annoncé sur X être mobilisé « pour sauver » l’agriculture française « avant le dernier week-end du Salon de l’agriculture ».

Alors que les membres de ce syndicat réputé proche du RN expriment sur place un sentiment d’abandon de la part du pouvoir et réclament des « actes », Marc Fesneau a assuré que le sujet agricole figurait tout en haut de la pile des priorités de l’exécutif.

« Le président de la République a fait des annonces, le Premier ministre a fait des annonces. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a fait des annonces. L’Agriculture, c’est devenu le sujet numéro un au gouvernement en ce moment, ces dernières semaines. Je rappelle toujours que le budget de l’agriculture, c’est celui qui a le plus augmenté en 2024. C’est dire si on y accorde de l’importance », a-t-il poursuivi, alors que la police intervenait sur place pour déloger les tracteurs et les ballots de pailles déversés par les manifestants.

Aux alentours de 10 heures, la préfecture de police de Paris a indiqué à l’AFP que 66 personnes avaient été interpellées en marge de cette action coup de poing.

À voir également sur Le HuffPost : 

Des traités de libre-échange avec le Kenya et le Chili votés par le camp Macron, l’opposition critique ce choix

Européennes 2024 : Valérie Hayer, tête de liste du camp Macron, a trois enjeux pour pimenter sa campagne