Manuel Valls : «le Front National n’aime pas la France»

Libération.fr
Le Premier ministre Manuel Valls (c) à Saint-Brieuc, le 14 mars 2015

Le Premier ministre s'exprimait alors que le maire de Béziers, Robert Ménard, doit rebaptiser cet après-midi une rue, dont le nom célébrait jusqu'ici la fin de la guerre d'Algérie, du nom d'un général putschiste.

Le Premier ministre socialiste Manuel Valls a déclaré samedi que le «Front National n’aime pas la France» et qu’il ne voulait pas qu’il soit «le premier parti de France», en marge d’une visite sur le marché de Saint-Brieuc à une semaine du premier tour des élections départementales.

Le Premier ministre réagissait notamment à la décision du maire de Béziers Robert Ménard, élu avec le soutien du FN, de rebaptiser la rue du «19 mars 1962», date des Accords d’Evian qui ont mis fin la guerre d’Algérie, en rue du «Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc», un militaire ayant participé au putsch des généraux. «La nostalgie, et notamment la nostalgie de l’Algérie française, n’apportera rien de bon. Aujourd’hui, on a besoin de regarder l’avenir avec de l’optimisme et le Front national n’aime pas la France», a déclaré Manuel Valls.


«Le Front national n’est pas un parti républicain, c’est rance, c’est triste, la France elle a besoin d’optimisme et de regarder son histoire avec lucidité mais elle a aussi besoin de regarder l’avenir», a-t-il ajouté. Le changement de nom de cette rue de Béziers, voté en décembre dernier, devait avoir lieu samedi après-midi.

«Je suis mobilisé parce je ne veux pas que le Front national soit le premier parti de France», a expliqué Manuel Valls à la presse, après avoir arpenté samedi en fin de matinée pendant une trentaine de minutes la place où se tenait le marché de Saint-Brieuc.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Le pistolet semi-automatique, «nouvel ami» de Robert Ménard
La justice rejette la demande de retrait de la crèche à la mairie de Béziers
En visite à Amiens, Najat Vallaud-Belkacem joue à domicile
Départementales : l'abstention devrait être élevée dimanche prochain, prévoit l'Ifop
Ramène le pire